January 10, 2018 / 3:13 PM / a year ago

GESTION 2018-La remontée des taux longs, principal risque pour les marchés - Edram

* Une vive remontée des taux longs est probable

* Le 10 ans américain vu entre 2,75% et 3% au S1

* La volatilité sur l’obligataire pourrait se propager aux actions

* Edram reste positif sur les actions, notamment en Europe

* Hausse de 8,9% des profits attendus dans la région en 2018

par Blandine Henault

PARIS, 10 janvier (Reuters) - Une remontée des rendements des emprunts souverains de longue échéance constitue le principal risque pour les marchés financiers en 2018, dans un contexte d’interrogations sur le rythme de la normalisation des politiques monétaires des banques centrales, estime Philippe Uzan, directeur des gestions chez Edmond de Rothschild AM (Edram).

Au cours des cinq dernières années, trois phases de hausses des taux longs d’au moins 50 points de base en quelques semaines se sont produites, aux deuxièmes trimestres 2013 et 2015 puis au quatrième trimestre 2016, rappelle-t-il.

“La probabilité d’un nouvel évènement de cette nature est selon nous significative”, indique le gérant.

La remontée des taux longs depuis le début de l’année traduit déjà un “début de changement de rythme”, notamment aux Etats-Unis, ajoute-t-il.

Pour Philippe Uzan, ce changement s’explique en partie par un effet calendaire: les entreprises américaines tablant sur une baisse de leur taux d’imposition en 2018 ont été incitées à augmenter leurs provisions pour engagements de retraite avant la fin 2017, ce qui a pu favoriser les flux sur le marché obligataire lors du quatrième trimestre.

La décision inattendue, mardi, de la Banque du Japon (BoJ) de freiner ses achats de titres sur les marchés et les informations de Bloomberg, mercredi, selon lesquelles des responsables chinois ont recommandé de ralentir ou d’interrompre les achats d’emprunts d’Etat américains ont encore accéléré le mouvement de hausse des taux longs.

Le rendement des Treasuries à 10 ans a touché un pic à 2,597%, au plus haut depuis mars dernier. Celui du Bund allemand a atteint 0,486%, effaçant le repli accusé depuis la réunion de politique monétaire fin octobre de la Banque centrale européenne (BCE).

“On devrait avoir une poursuite de cette remontée”, indique Philippe Uzan, qui table sur un taux compris entre 2,75% et 3% pour les Treasuries à 10 ans au cours du premier semestre, et un taux de 0,8% à 1% pour le Bund.

EFFET DE CONTAGION

“Un accès de volatilité et d’inquiétude sur les marchés obligataires affecterait sans doute les spreads de crédit et les actions”, prévient le gérant. “Mais cette contagion constituerait sans doute à nos yeux une occasion d’achat à meilleur prix pour les actifs risqués.”

Philippe Uzan reste positif sur les marchés d’actions en raison de la croissance des bénéfices des entreprises. Il privilégie en particulier les actions en Europe, où les profits des entreprises sont attendus en hausse de 8,9% en 2018.

Les valeurs orientées vers le consommateur européen ont sa préférence, à l’instar du secteur bancaire (BNP Paribas , ING, Intesa), de l’automobile (Daimler) et des télécoms (Iliad, Bouygues ).

En difficulté l’an dernier, les médias (ProSieben ) et la grande distribution (Carrefour, Casino) offrent un point d’entrée attractif, ajoute-t-il.

Aux Etats-Unis, Philippe Uzan se montre plus prudent au vu des valorisations élevées et privilégie les secteurs dans lesquels des rattrapages sont encore possibles, comme la santé, les banques et les valeurs pétrolières.

Voir aussi :

LE POINT sur les perspectives de marchés 2018 des gérants et stratèges (Edité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below