December 29, 2017 / 4:32 PM / 5 months ago

LEAD 1-L'inflation allemande à un pic de 5 ans, dilemme pour la BCE

* L’inflation accélère plus que prévu (+0,8%) sur le mois

* L’inflation à 1,7% sur l’ensemble de 2017, à un pic de 5 ans

* Certains voient un risque de surchauffe de l’économie allemande (Actualisé avec commentaire d’analyste et contexte)

par Joseph Nasr

BERLIN, 29 décembre (Reuters) - L’inflation allemande a atteint cette année son niveau le plus élevé en cinq ans, montrent les données provisoires publiées vendredi, une évolution de nature à relancer le débat au sein de la Banque centrale européenne (BCE) entre les partisans d’une politique accommodante et ceux en faveur d’une sortie.

L’indice des prix à la consommation de décembre harmonisé aux normes européennes (IPCH) a augmenté de 0,8% sur un mois et de 1,6% sur un an, a annoncé vendredi l’Office fédéral de la statistique. Les économistes interrogés par Reuters attendaient des hausses de 0,6% et 1,4% respectivement. En novembre, il était en progression de 0,3% sur un mois et de 1,8% sur un an.

Pour l’ensemble de 2017, l’inflation allemande harmonisée a accéléré à 1,7%, sa plus forte hausse depuis 2012 lorsque l’inflation avait atteint 2,1%, contre 0,4% en 2016.

Elle n’était qu’à 0,4% en 2016.

“C’est le changement de trajectoire de l’inflation que souhaitait la BCE”, fait remarquer Alexander Krüger de Bankhaus Lampe. “Et c’est durable”, ajoute-t-il.

L’inflation allemande est étroitement surveillée en raison de son influence sur la politique monétaire de la BCE, dont l’objectif est d’une hausse des prix légèrement inférieure à 2%.

La BCE a maintenu ses taux directeurs inchangés ce mois-ci et s’est engagée à continuer à injecter des liquidités dans la zone euro en dépit des appels de certains responsables monétaires à prendre en compte la vigueur de la reprise et des perspectives d’inflation pour changer de politique.

RISQUE DE SURCHAUFFE

Le Conseil des gouverneurs de la BCE doit tenir sa prochaine réunion de politique monétaire le 25 janvier.

Les statistiques allemandes donneront aux partisans de la rigueur monétaire, comme le gouverneur de la banque centrale néerlandaise Klaas Knot, un nouvel argument en faveur de l’arrêt du programme d’achat de 2.550 milliards d’euros d’obligations.

Certains économistes estiment que la faiblesse des taux de la BCE risque de provoquer une surchauffe de l’économie allemande, mais celle-ci répond que sa politique est conçue pour tous les 19 Etats-membres qui partagent la monnaie unique.

L’économie allemande tourne à plein régime, portée à la fois par la consommation intérieure et les exportations, malgré le climat d’incertitude né de l’incapacité de la chancelière Angela Merkel à former un gouvernement de coalition depuis les élections législatives de septembre.

Berlin a récemment relevé ses prévisions de croissance à 2% pour cette année et à 1,9% pour l’an prochain, tandis que la Bundesbank prévoit une croissance de 2,5% en 2018.

Le renchérissement des produits alimentaires a été le principal contributeur à la hausse de l’inflation en décembre, suivi par l’augmentation des loyers, a précisé l’Office fédéral.

Les chiffres définitifs de l’inflation dans la première économie d’Europe seront publiés le 16 janvier.

Tableau (Juliette Rouillon et Claude Chendjou pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below