December 19, 2017 / 5:05 PM / 7 months ago

Gestion-Les investisseurs inquiets des niveaux de valorisation-BAML

par Julien Ponthus et Helen Reid

LONDRES, 19 décembre (Reuters) - Deux gérants d’actifs sur trois s’attendent à ce que la réforme fiscale aux Etats-Unis soutiennent les marchés actions dont ils jugent les valorisations très tendues, montre une enquête mensuelle de Bank of America Merrill Lynch (BAML) auprès de grandes sociétés de gestion internationales publiée mardi.

L’anticipation d’un feu vert du Congrès américain à une réforme fiscale voulue par le président Donald Trump et qui doit ramener le taux de l’impôt sur les sociétés à 21% a poussé Wall Street à de nouveaux plus hauts en clôture lundi, les investisseurs s’attendant à une hausse des profits, de nouveaux rachats d’actions et plus de distributions de dividendes.

La réforme fiscale conduira à une hausse des rendements obligataires mais aussi des cours des actions, ont dit les participants à l’enquête réalisée la semaine dernière auprès de 172 gérants dont les actifs sous gestion totalisent 480 milliards de dollars.

La proportion de gérants qui jugent que les marchés actions sont surévalués a dans le même temps atteint 45%, au plus haut depuis les début de l’enquête en 1998.

La part des valeurs technologiques, qui ont largement alimenté la hausse de Wall Street notamment, dans les allocations d’actifs est tombée au plus bas depuis juin 2014 au profit des bancaires et d’autres valeurs cycliques.

Les investisseurs tendent par ailleurs à se couvrir de plus en plus contre un risque de chute des marchés. La part des liquidités dans les portefeuilles a augmenté pour la première fois en quatre mois.

Les stratèges de BAML n’excluednt pas que ce regain de prudence n’aille de pair avec une poursuite de la hausse des marchés actions.

Les gérants interrogés s’attendent dans leur grande majorité à ce que les marchés atteignent un pic en 2018, au premier trimestre pour 25% d’entre eux, au deuxième pour 30% et au second semestre pour 28%.

Une “erreur de politique” monétaire par la Banque centrale européenne ou la Réserve fédérale dans le processus de normalisation en cours après des années d’orientation ultra-accommodante représente le risque principal pour les marchés l’année prochaine, de l’avis de 23% des participants, devant un krach obligataire et une crise de l’endettement en Chine.

Les gérants interrogés considèrent aussi pour 83% d’entre eux que les marchés obligataires sont eux aussi surévalués, une proportion à peine inférieure à celle du mois d’octobre (85%).

Les positions à l’achat sur le bitcoin sont considérées comme le pari le plus répandu suivi par celles sur les géants des technologies américains et asiatiques puis les positions à la vente sur la volatilité.

Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below