November 28, 2017 / 8:16 AM / 8 months ago

Japon-Toray touché à son tour par une affaire de falsification de données

TOKYO, 28 novembre (Reuters) - Le groupe japonais Toray Industries a dévoilé mardi 149 cas de falsifications de données touchant des produits fabriqués par l’une de ses filiales, dernier cas en date d’une série de scandales sur le contrôle qualité des industriels nippons.

Entre 2008 et 2016, Toray Hybrid a vendu à 13 clients des produits spéciaux utilisés pour la trame de pneus dont les données avaient été falsifiées, a reconnu Toray, premier fabricant mondial de fibres de carbone, qui a ajouté avoir lancé une vaste enquête en interne.

Toray n’a pas précisé le nom des clients, mais a exclu Boeing auquel il fournit des fibres de carbone pour ses avions et Fast Retailing, maison-mère d’Uniqlo, qui utilise ses produits dans sa ligne de vêtements Heattech.

Le géant japonais a indiqué que sa filiale avait eu connaissance de ces falsifications en juillet 2016 et que le groupe en avait été informé en octobre. Il a décidé de rendre la fraude publique après la diffusion d’informations anonymes sur internet.

“Il n’y a pas eu de violations du droit ou de problèmes de sécurité, c’était entre nous et nos clients et il n’y avait aucune raison de (les) rendre publiques”, a déclaré le président du groupe, Akihiro Nikkaku, lors d’une conférence de presse.

La publication anonyme sur internet a contraint le groupe à “fournir une explication appropriée avant que les rumeurs ne se propagent”, a-t-il ajouté.

Toray a dit avoir commencé à prévenir ses clients et ne pas avoir eu de retour faisant état de problèmes de performance ou de sécurité de ces fibres de carbone utilisés dans les pneus et d’autres produits industriels.

Les falsifications étaient le fait de deux contrôleurs de qualité, qui ont, depuis, changé de poste.

Le titre Toray a perdu plus de 8% après ces annonces à la Bourse de Tokyo et a clôturé en baisse de 5,3%.

Ce scandale est le dernier en date d’une série qui ébranle l’industrie japonaise.

La semaine dernière, Mitsubishi Materials a annoncé que ses filiales avaient falsifié des données sur des produits, notamment des pièces détachées pour l’automobile et l’aéronautique.

Nissan et Subaru ont également fait état de pratiques inappropriées de certification de leurs véhicules. (Sam Nussey et Makiko Yamazaki; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below