November 17, 2017 / 10:41 AM / 8 months ago

BOURSE-Vivendi grimpe, les prévisions et le non rachat d'Ubisoft plaisent

PARIS, 17 novembre (Reuters) - Le titre Vivendi signe la plus forte hausse du CAC 40 vendredi à la Bourse de Paris après avoir maintenu ses objectifs annuels à l’issue de la publication de ses résultats trimestriels et annoncé qu’il n’était pas intéressé par le rachat d’Ubisoft.

Après avoir reculé de 2,5% à l’ouverture, l’action du groupe de médias et de divertissement affiche à 11h35 un gain de 2,93% à 22,30 euros, alors que le CAC 40 recule de 0,24%.

Les analystes de Liberum estiment que la croissance de Universal Music Group (UMG), la baisse des désabonnements chez Canal Plus (-13%) et la confirmation des objectifs du groupe l’emportent sur des résultats légèrement inférieurs au consensus. Vivendi a rapporté jeudi au titre du troisième trimestre un bénéfice opérationnel ajusté (Ebita) de 293 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 3,184 milliards d’euros, des chiffres inférieurs au consensus Reuters/Inquiry Financial qui tablait sur 324 millions pour l’Ebitda et 3,36 milliards pour le chiffre d’affaires.

Le groupe a confirmé viser pour 2017 une progression de plus de 5% du chiffre d’affaires et un Ebita en progression de l’ordre de 25%.

Pour y parvenir, Vivendi compte sur une progression d’environ 10% du chiffre d’affaires et une hausse de l’Ebita de près de 20% pour la division musique UMG.

Les analystes de Deutsche Bank, à l’achat sur la valeur, qualifient cette prévision de 10% de “considérable” et suffisante pour revoir à la hausse le consensus. L’intermédiaire estime que l’objectif de 350 millions d’euros d’Ebita pour Canal Plus “apparaît solide et même dépassable”.

Le groupe Vivendi a par ailleurs affirmé qu’il n’avait pas l’intention de prendre le contrôle d’Ubisoft et qu’il veillerait à ne pas franchir le seuil de 30% par l’effet du doublement de ses droits de vote prévue le 23 novembre prochain.

Vivendi a assuré qu’il entendait toujours bâtir une solide activité dans le secteur des jeux vidéo et qu’il avait toujours “beaucoup d’options” sur lesquelles il travaillait.

Pour un analyste basé à Paris, le retrait de Vivendi sur le dossier Ubisoft est bien accueilli par le marché en raison du prix élevé de l’éditeur de jeux. Il souligne également que l’intégration pourrait être difficile si les développeurs de jeux quittaient le navire avec la prise de contrôle potentielle de Vivendi.

L’action Ubisoft recule de -1,64%. (Laetitia Volga, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below