November 15, 2017 / 1:08 PM / in a year

BOURSE-Lagardère chute, BAML pessimiste sur le travel retail

PARIS, 15 novembre (Reuters) - Le titre Lagardère patît mercredi à la Bourse de Paris d’un abaissement de recommandation des analystes de Bank of America Merrill Lynch (BAML), qui s’inquiètent notamment des défis structurels à long terme auxquels est confrontée la division de distribution dans les lieux de transports (“travel retail”).

Ils ont ainsi abaissé leur conseil à “sous-performance” contre “neutre” et revu leur objectif de cours à 26,20 euros contre 29,40 euros.

A 14h01, le titre du groupe de médias et de divertissement abandonne 4,24% à 26,965 euros, accusant la plus forte baisse de l’indice SBF 120 lui-même en repli de 0,61%.

L’action, sur laquelle les volumes dépassent le double de la moyenne journalière des trois derniers mois, affiche sa plus forte baisse en une séance depuis le mois de mai.

Dans leur note, les analystes de BAML relèvent que la valorisation de Lagardère, qui a fait nettement mieux que son secteur en 2017, est désormais trop élevée “compte tenu du ralentissement attendu dans le travel retail et des difficultés à court terme des trois autres divisions”.

Le travel retail, qui représente 25% de l’excédent brut d’exploitation de Lagardère et 48% de son chiffre d’affaires, devrait en particulier souffrir de la baisse du panier moyen des passagers dans les aéroports, estime l’intermédiaire financier.

Si le développement des compagnies à bas coûts porte la croissance du trafic aérien, il se traduit aussi par un budget par passager moins élevé. Les voyageurs en classe économique déboursent un tiers de moins que les autres, souligne BAML.

La banque souligne également les politiques de plus en plus strictes sur la taille des bagages, de nature à décourager les achats dans les aéroports.

“A long terme, nous pensons que la croissance du travel retail sera au mieux en ligne avec celle du trafic aérien”, indiquent les analystes.

Ceux-ci notent également que les marges du travel retail, qui ont selon eux un impact plus important que la croissance organique sur le bénéfice par action, devraient être sous pression avec la hausse des coûts des concessions et l’augmentation récente des dépenses d’investissement.

Outre le travel retail, BAML relève également les difficultés attendues en 2018 dans les trois autres pôles de Lagardère, l’édition, les médias et le sport.

Les publications devraient être moins nombreuses en 2018 chez Lagardère Publishing tandis que la branche Lagardère Sports and Entertainment devrait être pénalisée par l’absence l’an prochain de grandes compétitions sportives.

Du côté de la division média, BAML observe que le groupe est toujours confronté à un marché publicitaire difficile dans la presse écrite et à l’érosion des audiences d’Europe 1.

L’intermédiaire juge que ces difficultés ne sont pas intégrés par le consensus des analystes, dont la prévision de bénéfice par action est 4% au-dessus de celle de la banque.

“Nous nous attendons à ce que les objectifs financiers pour 2018 délivrés à l’occasion des résultats annuels déçoivent”, concluent les analystes de BAML.

Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below