November 14, 2017 / 10:26 AM / 8 months ago

BOURSE-CGG grimpe après le feu vert des actionnaires à la restructuration

PARIS, 14 novembre (Reuters) - Le spécialiste des services et équipements géophysiques CGG bondit de près de 7% à la Bourse de Paris mardi après avoir reçu le feu vert de ses actionnaires à sa restructuration financière, une étape cruciale de son plan de sauvetage.

A 11h25, l’action CGG grimpe de 6,65% à 4,17 euros, parmi les plus fortes hausses de l’indice CC Mid & Small, en hausse de 0,39% au même moment. Sa cotation avait été suspendue lundi toute la journée à la demande de la société.

La capitalisation boursière du groupe revient ainsi à 86,5 millions d’euros.

Les résolutions du plan de restructuration financière ont été approuvées lundi à plus de 91% par les actionnaires présents ou représentés lors de l’assemblée générale extraordinaire (AGE) réunie sur seconde convocation.

Une première assemblée générale fin octobre n’avait pas atteint le quorum nécessaire, fixé à 25%, qui a été abaissé ensuite à 20%.

Les deux principaux actionnaires, Bpifrance Participations (9,35% du capital et 10,9% des droits de vote) et DNCA (7,9% du capital et 7,8% des droits de vote) s’étaient engagés à soutenir le plan de sauvetage.

“Au final, le plan de restructuration aura été voté avec moins de 6% des voix exprimées si on ne tient pas compte des votes des deux premiers actionnaires, Bpifrance et DNCA. Une mobilisation historiquement faible, signe du renoncement des petits actionnaires, qui constituent la majorité de l’actionnariat de la société”, a regretté mardi Mathieu Détouche, gérant convertibles chez Schelcher Prince Gestion et porte-parole du comité des porteurs d’Océanes CGG opposé au plan de restructuration.

La direction du groupe estimait qu’un rejet de son plan de sauvetage pouvait conduire à moyen terme à un démantèlement de la société, frappée de plein fouet par la réduction drastique des investissements des majors pétrolières ces dernières années.

La restructuration se traduira, de fait, par la prise de contrôle du groupe par ses créanciers via la conversion de leur dette en capital, qui aura pour effet une dilution massive des actionnaires actuels.

CGG a reçu le “soutien des actionnaires mais pas encore celui du marché de la sismique”, soulignent pour leur part les analystes de Natixis dans une note.

Le groupe a publié lundi une perte nette de 124,7 millions de dollars au titre du troisième trimestre, creusée de plus de 40% par rapport à celle de 87,4 millions d’euros enregistrée sur la même période l’an dernier.

“Nous maintenons notre recommandation ‘alléger’ sur le titre malgré la forte correction boursière enregistrée depuis le début de l’année (-71,5%). La dette nette continue de progresser et l’objectif de génération de cash a été revu à la baisse par le management”, indiquent les analystes de Natixis.

Blandine Hénault, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below