October 16, 2017 / 5:02 AM / 9 months ago

POINT HEBDO-Les actions au beau fixe dans un ciel - presque - sans nuages

(Répétition sans changement d’une dépêche diffusée vendredi)

* Les marchés actions mondiaux volent de record en record

* La croissance mondiale solide profite en premier lieu à l’Europe

* Les scénarios monétaires ne sont pas remis en cause

* Les valorisations à l’épreuve des résultats trimestriels

* Indicateurs chinois et congrès du PCC à surveiller

par Marc Angrand

PARIS, 16 octobre (Reuters) - Oubliés les ouragans, les difficultés du Brexit, les tensions avec la Corée du Nord et la crise institutionnelle espagnole ? On le croirait presque au vu des records accumulés ces derniers jours par les marchés boursiers mondiaux, de Wall Street à Francfort, et rien ne semble pour l’instant en mesure de remettre en cause l’appétit des investisseurs pour les actions.

Résultat: l’indice MSCI Monde, qui couvre 23 marchés développés et 24 émergents, évolue à son plus haut niveau historique et affiche désormais une hausse de plus de 17% depuis le début de l’année.

Parmi les éléments qui ont favorisé sa hausse sur la semaine écoulée figure en bonne place le relèvement des prévisions économiques du Fonds monétaire international (FMI), qui table désormais sur une croissance mondiale de 3,6% cette année et de 3,7% l’an prochain, prenant ainsi acte de l’amplification et de la généralisation de la reprise.

Une perspective qui continue de profiter en premier lieu aux valeurs européennes.

“Quand la croissance américaine est supérieure à 2%, c’est bon pour les marchés actions américains. Quand la croissance mondiale est supérieure à 3%, c’est bon pour les marchés actions européens”, explique Philippe Ithurbide, directeur de la recherche d’Amundi.

* Le MSCI Monde et le S&P 500 au plus haut:

L’avantage dont bénéficient les marchés européens est d’autant plus net que l’administration Trump peine à dissiper les incertitudes sur sa capacité à faire adopter ses réformes.

Si la présentation du plan de réforme fiscale élaboré par la Maison blanche a brièvement relancé le “Trump trade”, l’absence d’avancée concrète a vite repris le dessus.

“Nous pensons que les actions américaines ont peu de chance d’aller plus haut et, étant donné les difficultés législatives auxquelles le président Trump a dû faire face au cours des 100 premiers jours de son mandat, nous n’envisageons pas de stimulus significatif avant la mi-2018”, explique ainsi Didier Rabattu, directeur Actions monde chez Lombard Odier Investment Managers.

La bonne santé de l’économie américaine - qui affiche 97 mois consécutifs de croissance - n’est pas pour autant remise en cause et devrait se refléter dans les résultats financiers du troisième trimestre au cours des semaines à venir.

Selon les dernières données Thomson Reuters, la hausse des profits au troisième trimestre devrait ainsi ressortir à 5,4% pour l’indice paneuropéen Stoxx 600, et à 4,4% pour le Standard & Poor’s 500 américain, contre 15,3% au premier trimestre et 12,3% au deuxième. Un ralentissement qui s’explique en partie par des effets de base moins favorables et par la chute attendue des résultats du secteur de l’assurance, conséquence des ouragans de septembre.

Comme l’ont déjà montré les réactions du marché aux résultats de Citigroup et JPMorgan, les performances des derniers mois et les niveaux de valorisation atteints rendent les investisseurs exigeants.

“Ces six dernières années, les bénéfices par action publiés ont augmenté de 22% tandis que le S&P 500 a progressé cinq fois plus (122 %). Il ne fait donc aucun doute que cet indice a structurellement surperformé l’économie sous-jacente”, souligne Lukas Daalder, directeur de l’investissement chez Robeco.

Cette situation incite logiquement certains à se poser une nouvelle fois la question du risque d’un retournement de tendance et d’une correction au moment où les valorisations des grands indices évoluent au-dessus de leurs moyennes historiques.

Autre signe préoccupant relevé ces derniers jours par de nombreux observateurs mais aussi par Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas (): la baisse du rendement à dix ans américain, qui réveille les craintes d’une inversion de la courbe des taux, souvent annonciatrice d’une récession.

Une hypothèse forcément légitime alors que l’économie américaine affiche désormais 97 mois consécutifs de croissance.

Pour autant, si un repli semble inéluctable - d’autant que pour nombre d’investisseurs, les prévisions boursières pour la fin 2017 sont déjà atteintes - beaucoup ne craignent aucune inversion brutale de tendance à brève échéance.

“La correction est inexorable mais les investisseurs pourraient souffrir encore un certain temps de ne pas être investis avant de souffrir de l’être”, résume CPR AM.

Un jugement largement partagé au vu des derniers chiffres de Bank of America Merrill Lynch sur les flux de souscriptions vers les fonds d’investissement, puisque la collecte nette des fonds actions a atteint 11,6 milliards de dollars (9,80 milliards d’euros) sur la semaine au 11 octobre, au plus haut depuis juin.

Au-delà des résultats de sociétés, les marchés surveilleront la semaine prochaine les nouvelles en provenance de Chine.

La deuxième économie mondiale semble avoir repris de la vigueur ces derniers mois au vu des indicateurs publiés récemment, mais les investisseurs comptent sur les statistiques du PIB, de la production industrielle et des ventes au détail, attendues jeudi, pour confirmer ce diagnostic.

Ces chiffres seront publiés au lendemain de l’ouverture du 19e congrès du Parti communiste chinois, un rendez-vous politique clé aux implications économiques non négligeables.

En Europe, l’inflation et les ventes au détail au Royaume-Uni pourraient animer le marché britannique en attendant le sommet européen de jeudi et vendredi à Bruxelles, qui risque fort d’être dominé par le Brexit.

édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below