12 juillet 2017 / 10:06 / dans 4 mois

Iran-Nouvelle commission pour superviser l'accord avec Total

BEYROUTH, 12 juillet (Reuters) - L‘Iran a constitué une commission gouvernementale pour superviser l‘accord avec Total pour exploiter le gisement gazier de South Pars, premier investissement important dans l‘énergie depuis la levée des sanctions l‘an dernier.

La commission sera composée de représentants du système judiciaire, du chef de la commission parlementaire sur l‘énergie et de sa commission de planification et du budget, a indiqué le président du parlement Ali Larijani.

Total a signé le 3 juillet un accord avec l‘Iran en vue de développer la phase 11 de South Pars, le plus grand gisement de gaz naturel au monde, dans le cadre d‘un projet estimé dans sa première étape à quelque deux milliards de dollars.

D‘une durée de 20 ans, ce projet, dont le coût total pourrait atteindre 4,8 milliards de dollars, avait fait l‘objet d‘un protocole d‘accord en novembre 2016 entre le groupe pétrolier français et NIOC, la compagnie nationale iranienne.

Conformément à ce protocole d‘accord, Total sera l‘opérateur du projet Pars Sud 11 et son actionnaire à 50,1%, aux côtés de Petropars, filiale de la NIOC (19,9%), et de la compagnie nationale chinoise CNPC (30%).

La production débutera 40 mois après la signature de l‘accord, a déclaré une source au ministère iranien du Pétrole.

Avec South Pars, en développement depuis les années 1990, le français est devenu la première des majors pétrolières à signer un contrat en Iran depuis l‘accord conclu en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, qui encadre les activités nucléaires de la République islamique en échange d‘une levée ou d‘un allègement de sanctions commerciales.

L‘annonce de la création d‘une commission fait suite à une séance parlementaire mercredi au cours de laquelle le ministre de l‘Energie Bijan Zanganeh, a évoqué les détails du projet.

Il a précisé que sur 20 ans, le gisement devrait produire 335 milliards de mètres cubes de gaz naturel et 290 millions de barils de condensat de gaz, selon l‘agence SHANA du ministère, et que l‘Iran avait perdu 22 milliards de dollars (19,2 milliards d‘euros) avec les retards de développement de South Pars. (Babak Dehghanpisheh, Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below