10 juillet 2017 / 17:34 / il y a 5 mois

France-Parly se veut réaliste sur le budget de la Défense

* Elle promet des moyens à la hauteur des enjeux

* “La question est de savoir quel succès je remporterai”, dit-elle

* Elle évoque une réduction du train de vie du ministère

PARIS, 10 juillet (Reuters) - Florence Parly a déclaré lundi avoir bon espoir de dégager des “moyens suffisants” pour le budget de la Défense malgré un “contexte difficile”, tout en soulignant la nécessité de réduire “intelligemment” le train de vie du ministère des Armées.

La ministre de la Défense, qui s‘exprimait pour la première fois lors d‘un point de presse depuis sa nomination le 21 juin, a assuré qu‘aucun arbitrage n‘avait encore été rendu, alors que des informations sur de possibles coupes budgétaires pour 2017 ont déjà circulé dans la presse.

La question se pose du devenir de 2,7 milliards d‘euros de crédits gelés cette année, une procédure usuelle de régulation, sous le mandat de François Hollande.

Selon L‘Opinion.fr et La Tribune, le ministère de l‘Economie et des Finances souhaite amputer le budget 2017 de 850 millions, ce que les ministères concernés ont refusé de commenter.

“Sans mauvais jeu de mots, c‘est quand même le nerf de la guerre. Si nous voulons continuer de protéger notre territoire et notre population, il faut des moyens”, a déclaré Florence Parly avant un rendez-vous à Bercy avec le ministre de l‘Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

La ministre a réitéré l‘objectif d‘Emmanuel Macron de porter les ressources de la Défense à 2% du PIB en 2025, soit plus de 50 milliards d‘euros, mais hors pensions et surcoûts des opérations extérieures (Opex).

Le budget de la Défense représente actuellement 1,79% de la richesse nationale, soit 32,4 milliards d‘euros hors pensions, selon la loi de finances 2017.

“Toute la question, c‘est de savoir comment nous organisons une trajectoire crédible permettant (...) de ménager une montée en puissance progressive et régulière vers cette cible de 2% du PIB”, a déclaré Florence Parly, sans plus de détails.

Ancienne secrétaire d‘Etat au Budget sous Lionel Jospin (1997-2002), cette spécialiste des finances publiques a expliqué vouloir “mettre en cohérence” le niveau des interventions actuelles (Sentinelle en France, Chammal et Barkhane à l‘étranger) “et les moyens pour le faire”.

“SUCCESS STORIES”

Des assurances récurrentes dans ce ministère, souvent considéré comme “la cible silencieuse dès qu‘il s‘agit d‘arbitrages”, selon les mots de Jean-Pierre Raffarin, président de la commission de la Défense du Sénat.

Florence Parly en est consciente. “La question est de savoir quel succès je remporterai”, a-t-elle dit aux journalistes.

“Je vois bien que la situation de notre pays n‘est pas forcément simple mais je mesure chaque jour, lorsque je vais voir nos unités, que leur situation n‘est pas non plus simple”, a-t-elle plaidé.

“J‘espère que nous arriverons à dégager les moyens suffisants. Satisfaisants, ça c‘est encore une question de qualificatif”, a-t-elle dit.

La ministre a expliqué vouloir mettre l‘accent sur l‘amélioration des conditions de vie des militaires et de leurs familles. Elle a également fixé entre autres priorités le développement de l‘industrie de la Défense, “tant en termes d‘investissement qu‘en termes d‘exportations.”

“Comme mon prédécesseur, je prendrai mes responsabilités pour favoriser un contexte d‘exportations le plus favorable possible”, a-t-elle poursuivi.

Les exportations d‘armement français ont atteint 14 milliards d‘euros en 2016, en léger repli après les ventes record de 2015 à 16,9 milliards, selon un rapport du ministère des Armées publié vendredi dernier.

“Il nous reste à écrire de nouvelles success stories à l‘export comme cela a été fait au cours des années précédentes”, a dit la ministre.

Saluant la profonde transformation du ministère - “la réforme de l‘Etat n‘a pas été un vain mot” -, Florence Parly a toutefois suggéré que de nouvelles pistes de réduction des coûts existaient, sans plus de précisions.

“Nous allons veiller à gérer le mieux possible le train de vie du ministère pour réduire intelligemment ce qui peut l‘être”, a-t-elle dit. Une réflexion qui a suscité quelques haussements de sourcils parmi les officiers présents. (Sophie Louet, édité par Emmanuel Jarry)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below