10 juillet 2017 / 13:13 / dans 4 mois

STRATEGIE-Les actifs risqués privilégiés, confiance sur les US-Groupama AM

PARIS, 10 juillet (Reuters) - Une trajectoire de croissance de l‘économie mondiale toujours favorable, une reprise globale synchronisée et une inflation tendanciellement haussière plaident en faveur des actifs risqués, a fortiori après l‘extinction quasi-toale du risque politique en Europe, estiment les stratégistes de Groupama Asset Management.

**“La reprise de l’activité est non seulement homogène et simultanée dans l’ensemble des zones géographiques et secteurs d’activité, mais aussi désormais auto-entretenue, grâce à la croissance de l’investissement”, observe Gaëlle Malléjac, directrice des investissements de la société de gestion.

Sur le plan politique, les incertitudes ont été levées après les élections françaises. “Et les échéances électorales futures, les élections législatives allemandes, ne représentent pas un risque majeur selon nous”, ajoute-t-elle. **Dans ce contexte Groupama AM confirme son objectif d‘un CAC 40 à 5.500 points et d‘un S&P 500 à 2.500 points en fin d‘année.

**La progression des actions au premier semestre a été soutenue et les multiples sont élevés, rappellent les stratégistes de la société de gestion avant d‘ajouter : “Nous nous attendons désormais à une poursuite de la hausse en ligne avec la croissance bénéficiaire des entreprises.” **Le consensus de marché fait preuve de plus en plus de prudence à l’égard de l’économie américaine, au regard d’indicateurs de croissance et d’inflation récents en deçà des attentes, relèvent-ils. “Il y a aussi du scepticisme à l’égard des promesses de stimulation budgétaire et de mesures pro-croissance faites par Donald Trump, lors de son investiture. Sept mois après, les investisseurs constatent un statu quo”, a dit Gaëlle Malléjac qui a ajouté que Groupama AM restait confiante sur le cycle économique américain.

**En revanche, l’équipe de Groupama AM juge les niveaux des marchés obligataires souverains atteints au cours du mois de juin déconnectés des fondamentaux. Pour elle, les interrogations du marché à l’égard des Etats-Unis et la baisse des prix pétroliers ont alimenté la baisse des taux souverains américains.

“Nous estimons ces niveaux trop bas. Car nous n’intégrons pas de déception macroéconomique à court-moyen terme. La Fed va réduire son bilan à partir de l’automne, tandis que la BCE écarte dans son scénario tout risque déflationniste. Cela milite en faveur de taux plus élevés”, estime Gaëlle Malléjac.

**Groupama AM maintient donc ses cibles, à 2,80% pour l’obligation à 10 ans américaine d’ici fin 2017, à 0,9% pour le Bund allemand et à 1,25% pour l’OAT française. **“Sur le segment du crédit, les fondamentaux demeurent robustes mais les niveaux de valorisation commencent à devenir serrés, après un long rallye obligataire. Nous risquons d’assister à un regain de prudence après l’été, quand la BCE annoncera le ralentissement de son programme de rachat d’actifs”, prévient Gaëlle Malléjac. (Marc Joanny, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below