4 juillet 2017 / 09:55 / il y a un mois

BOURSE-EDF chute, inquiétudes sur Hinkley Point et le bilan

PARIS, 4 juillet (Reuters) - Le titre EDF chute de près de 4% mardi à la Bourse de Paris, plombé par plusieurs avis défavorables d'analystes après la révision à la hausse du coût du projet de site nucléaire à Hinkley Point au Royaume-Uni.

A 11h51, l'action de l'énergéticien français recule de 3,81% à 9,18 euros, accusant la plus forte baisse de SBF 120 et du STOXX 600.

Dans une note publiée mardi, les analystes de HSBC estiment que la valeur, qui a fortement rebondi après l'élection d'Emmanuel Macron, est "allée trop loin et trop vite" alors que des interrogations persistent sur le bilan d'EDF en dépit de l'augmentation de capital de 4 milliards d'euros réalisée en mars.

Le groupe d'électricité va devoir faire face au vieillissement simultané de ses réacteurs nucléaires en France, dont il doit assurer l'allongement de la durée de vie, tout en menant à bien le projet Hinkley Point au Royaume-Uni, pour lequel EDF a revu lundi les coûts à la hausse.

"De notre point de vue, le réacteur EPR développé par EDF et Areva est trop cher et trop grand, et le projet Hinkley Point est controversé : d'aucuns pourraient arguer que l'EPR est obsolète avant même d'avoir fait ses preuves", observent les analystes de HSBC.

Leur recommandation a été abaissée à "alléger" contre "neutre", et l'objectif de cours revu à 8,40 euros contre 8,60 euros.

"Nous pensons que l'action est surévaluée", ont également observé les analystes de Morningstar dans une note.

Selon eux, les problèmes liées au projet "gigantesque" d'Hinkley Point, dont le développement est encouragé par le gouvernement français, mettent en avant le "désalignement" des intérêts entre l'Etat et les actionnaires minoritaires. L'Etat français détient 78,9%% du capital d'EDF.

Selon les estimations d'EDF, le coût du projet Hinkley devrait atteindre 19,6 milliards de livres sterling, soit 22,3 milliards d'euros environ au cours actuel. EDF a aussi prévenu que le projet risquait de subir des retards.

Lundi, l'agence Moody's a indiqué que la révision à la hausse des coûts de construction des réacteurs d'Hinkley Point et le risque de dérapage du calendrier relatif au démarrage de la construction avaient une "incidence négative" sur le profil de crédit d'EDF.

Par ailleurs, les annonces d'EDF sur Hinkley Point interviennent alors que le groupe français pourrait être confronté à un nouveau concurrent en Europe. Des sources ont indiqué lundi à Reuters que l'espagnol Gas Natural était entré en contact avec son concurrent portugais EDP en vue d'une fusion.

Cette opération donnerait naissance au numéro quatre européen des services aux collectivités en termes de capitalisation boursière. Dans la péninsule ibérique, une fusion entre les deux groupes les mettrait sur le même plan qu'EDF et Engie. (Blandine Hénault, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below