1 juillet 2017 / 19:17 / il y a 3 mois

LEAD 1-Deux nouvelles lignes TGV rapprochent Paris de Rennes et Bordeaux

* Des investissements pharaoniques

* Macron a inauguré le trajet Paris-Rennes (Actualisé avec inauguration de la ligne vers la Bretagne par Emmanuel Macron)

RENNES, 1er juillet (Reuters) - Deux nouvelles lignes TGV mettront simultanément Rennes à 1h25 de Paris et Bordeaux à 2h04 de la capitale à partir de dimanche, après cinq ans de travaux couronnés par l‘inauguration samedi du trajet vers la Bretagne par Emmanuel Macron.

Les lignes TGV Bretagne-Pays-de-Loire et L‘Océane permettront aux voyageurs de gagner respectivement 39 minutes de trajet entre Paris et Rennes et 1h10 minutes entre Paris et Bordeaux pour les trains directs.

“Notre ambition est d‘attirer quatre millions de voyageurs supplémentaires par an avec une belle promesse : faire voyager plus de monde, plus vite et plus souvent”, a déclaré Guillaume Pepy, président de la SNCF.

Le président français donné le coup d‘envoi officiel de la nouvelle liaison à grande vitesse entre Paris et Rennes en empruntant un “TGV inaugural” entre les deux villes samedi en fin d‘après-midi.

Les travaux de cette nouvelle ligne, qui ont porté essentiellement sur les 183 kilomètres de la ligne TGV entre Le Mans et la capitale bretonne, et ont été réalisés avec le groupe Eiffage comme maître d‘ouvrage, représentent un investissement total de 3,4 milliards d‘euros.

Plus de la moitié de l‘investissement a été assurée par des acteurs publics, d‘une part l‘Etat (28%) et d‘autre part les collectivités bretonnes avec la région Pays de la Loire (28%). SNCF Réseau a pris en charge 43% des coûts et des subventions européennes ont complété le montage.

“Pour la Bretagne, péninsule longtemps enclavée, la mise en service de la LGV (Ligne à grande vitesse) est une avancée qui permettra à la région tout entière de conforter son développement économique”, s‘est félicité le Conseil Régional dans un communiqué.

Sont prévus 29,5 allers-retours quotidiens entre l‘Ile-de-France et Rennes, dont 12,5 allers-retours directs entre Paris et la capitale bretonne, à partir du 2 juillet.

DES TRAVAUX PHARAONIQUES

Une soixantaine de rames du TGV Bretagne-Pays-de-Loire vont être rénovées et certains trains seront équipés de connexion wi-fi d‘ici la fin de l‘année.

Vers le Sud-Ouest, le TGV L‘Océane a effectué son trajet inaugural dans les temps samedi matin, le maire de Bordeaux Alain Juppé saluant “l‘aboutissement de vingt ans d‘efforts”.

La ligne à grande vitesse (LGV) Tours-Bordeaux, qui complète sur 302 kilomètres celle déjà existante entre Paris et Tours, verra se succéder 33,5 allers-retours quotidiens entre Paris et Bordeaux, dont 18,5 directs.

Ce projet a demandé un investissement de 7,8 milliards d‘euros auxquels ont participé, dans le cadre d‘un partenariat public-privé, Lisea, une filiale du groupe Vinci, l‘Etat, les collectivités territoriales, l‘Europe et SNCF réseau.

Sur les 1,3 milliard d‘euros devant être financés par 33 collectivités locales et territoriales, 350 millions d‘euros n‘ont pas été versés. SNCF Réseau a engagé des contentieux qui lui ont toutefois permis de récupérer 110 millions d‘euros.

Le consortium Lisea, auquel participent Vinci, la Caisse des dépôts et consignations et l‘assureur Axa, a été choisi comme concessionnaire de la ligne pour une durée de 50 ans.

Le chantier de l‘Océane, le plus important d‘Europe selon Vinci, s‘est étalé sur 117 communes, avec 415 ouvrages d‘art à construire et environ 50 millions de mètres cubes de pierre et de terre à mouvoir.

Quinze nouvelles rames vont être mises en service sur la ligne Paris-Bordeaux dès le 2 juillet et une quarantaine d‘autres viendront s‘y ajouter d‘ici 2021.

Décidées lors du Grenelle de l‘Environnement, en 2007, après plusieurs années de négociations entre l‘Etat, les collectivités locales et la SNCF, la réalisation des deux nouvelles lignes TGV entre Paris et la façade Atlantique ont entraîné d‘importants travaux d‘aménagement et de rénovation dans les gares de Rennes et Bordeaux.

Selon la SNCF, l‘augmentation moyenne du prix des billets serait de l‘ordre de dix euros entre Paris et Bordeaux et de six euros entre Paris et Rennes. (Pierre-Henri Allain, avec Claude Canellas, édité par Yves Clarisse et Myriam Rivet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below