1 juillet 2017 / 16:36 / il y a 4 mois

France-Philippe promet de préférer l’efficacité à la popularité

NANCY, 1er juillet (Reuters) - Edouard Philippe a réaffirmé samedi après-midi à Nancy sa volonté d‘honorer les engagements de campagne du chef de l‘Etat tout en oeuvrant au redressement des finances publiques de la France mais a renvoyé les annonces concrètes au discours de politique générale qu‘il prononcera mardi devant l‘Assemblée nationale.

“Notre objectif c‘est de mettre en oeuvre l‘ensemble des engagements pris par le candidat pendant sa campagne, l‘ensemble des engagements portés par le président de la République”, a déclaré le Premier ministre à l‘issue d‘un séminaire destiné à renforcer la cohésion du gouvernement et à définir une méthode de travail.

“Nous ne tergiverserons pas sur ce point, comme d‘ailleurs sur aucun autre”, a-t-il ajouté.

Il a une nouvelle fois assuré que des mesures d‘économies seraient prises pour ramener le déficit budgétaire de la France à 3% en fin d‘année, alors que la Cour des comptes a prévenu dans un rapport publié jeudi qu‘il pourrait s‘élever à 3,2% sans une “action vigoureuse et rapide” et un effort conséquent sur les dépenses.

“Il faut prendre des mesures qui ne sont pas des mesures d‘augmentation des impôts. Il faut maîtriser les dépenses publiques. C‘est un exercice de méthode et de détermination”, a confirmé Edouard Philippe lors d‘une conférence de presse clôturant une journée de travail avec ses ministres dans les salons de la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

A propos de la méthode, “collégialité, sincérité et recherche permanente de l‘efficacité plus que de la popularité” seront au coeur de l‘action du gouvernement, a-t-il dit.

“C‘est facile à dire au début”, a cependant convenu le Premier ministre, entouré de la quasi-totalité de son équipe.

Etaient notamment absents samedi le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot et la ministre chargée des Transports Elisabeth Borne, qui inauguraient la LGV Atlantique à Bordeaux, ainsi que la ministre des Sports Laura Flessel, qui assistait au départ du Tour de France à Düsseldorf, en Allemagne.

Le séminaire avait commencé vendredi soir par une rencontre avec quelques “héros français” - selon les termes d‘Edouard Philippe - tels que l‘astronaute Thomas Pesquet, la créatice du site de cagnotte en ligne Leetchi Céline Lazorthes, ou encore Jean-Marie Schleret, figure de la défense des droits des handicapés.

La journée de samedi devait permettre d‘établir un diagnostic “partagé” de la situation de la France grâce aux éclairages apportés par le premier président de la Cour des comptes Didier Migaud, le procureur de la République de Paris François Molins et la directrice générale du Trésor Odile Renaud-Basso.

Citant l‘historien Fernand Braudel pour qui les “soubresauts du temps court” empêchaient parfois de saisir l‘essentiel, Edouard Philippe a précisé qu‘un des objectifs de ce séminaire - amené à se répéter - “était de se soustraire à ces soubresauts”.

Gilbert Reilhac, édité par Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below