30 juin 2017 / 09:49 / il y a 5 mois

USA-Le dépôt confidentiel d'un dossier d'IPO sera étendu

30 juin (Reuters) - La Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier américain, va permettre aux entreprises de toute taille de déposer des documents confidentiels pour une introduction en Bourse afin de revitaliser le marché des ventes d‘actions.

Cette possibilité, actuellement accordée aux seules sociétés dont les revenus bruts sont d‘un milliard de dollars (8,7 milliards d‘euros) ou moins, prendra effet à compter du 10 juillet.

C‘est la première annonce de poids du nouveau président de la SEC, Jay Clayton, qui a dit vouloir enrayer la forte baisse du nombre d‘IPO et donner aux investisseurs individuels un plus grand accès à des entreprises plus petites et prospères.

“Nous nous efforçons de faire preuve d‘efficacité dans nos procédures pour encourager davantage d‘entreprises à envisager d‘aller en Bourse, ce qui peut se traduire par davantage de choix pour les investisseurs, la création d‘emplois et une économie américaine plus forte”, a-t-il déclaré, cité dans un communiqué.

En vertu de la loi “Jumpstart Our Business Startups (JOBS)”, les startups en croissance désirant entrer en Bourse peuvent soumettre de façon confidentielle un formulaire à la SEC et le rendre public juste avant le déclenchement de l‘opération, ce qui leur donne davantage de souplesse et de temps. Cela leur permet également de ne pas dévoiler leurs projets à la concurrence.

Cette disposition sera désormais étendue à toutes les entreprises.

“Je pense que cela augmentera le nombre d‘introductions en Bourse”, a déclaré Michael Zeidel, associé au sein du cabinet d‘avocats Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom.

Le nombre d‘introductions en Bourse aux Etats-Unis a fortement baissé au cours des 15 dernières années, en raison notamment d‘un recul des petites cotations, celles dont le produit est inférieur à 30 millions de dollars, qui ne représentent plus que 10% du total des IPO contre 60% en 1980.

En outre, dans la Silicon Valley, les “jeunes pousses” retardent de plus en plus leur introduction en Bourse en parvenant à lever des centaines de millions de dollars, voire des milliards, auprès de “hedge funds” (fonds spéculatifs), des fonds communs de placement et d‘autres investisseurs privés. (Arunima Banerjee et Sangameswaran S à Bangalore, Sarah N. Lynch à Washington; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below