19 juin 2017 / 06:08 / il y a 2 mois

LEAD 1-Japon-L'exportation soutiendrait la croissance

(Actualisé avec des précisions)

par Stanley White

TOKYO, 19 juin (Reuters) - Les exportations japonaises ont augmenté en mai à leur rythme le plus soutenu depuis plus de deux ans, portées par l'automobile et la sidérurgie, laissant penser que la demande extérieure sera d'un précieux soutien pour une reprise économique intérieure qui reste modérée.

Ces exportations ont enregistré une hausse de 14,9% le mois dernier, du jamais vu depuis janvier 2015, après une progression de 7,5% enregistrée en avril. Les économistes interrogés par Reuters attendaient plus cependant, une augmentation de 16,1%.

Les importations ont pour leur part augmenté plus que prévu en mai, la hausse étant de 17,8%, la plus marquée depuis le début 2014, contre +15,1% en avril et un consensus de +14,8%. Cette progression s'explique notamment par la hausse de la demande de biens intermédiaires, nécessaires à la fabrication des produits finaux, et par celle des prix pétroliers.

Le mois de mai s'est de ce fait soldé par un déficit commercial de 203,4 milliards de yens (1,64 milliard d'euros) contre un excédent de 481,7 milliards en avril et un consensus donnant un solde positif de 76,0 milliards.

Les exportations devraient continuer d'augmenter à un rythme soutenu à l'avenir à la faveur de la bonne santé économique de nombre de partenaires commerciaux du Japon.

"Le principal scénario retenu est que les exportations japonaises vont continuer à augmenter", a déclaré Shuji Tonouchi, économiste chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities.

"Toutefois, le rythme de croissance pourrait quelque peu ralentir car les stocks de certains biens, comme l'électronique, commencent à augmenter à l'étranger".

Tonouchi remarque aussi que les exportations du secteur de l'automobile s'expliquent également par le fait qu'un séisme survenu en mai 2016 à Kumamoto avait provoqué un arrêt momentané de la production de ce type de biens.

En volume, les exportations du Japon ont augmenté de 7,5% en mai, par rapport à mai 2016, ce qui témoigne là encore d'un raffermissement de la demande externe.

En volume toujours, les importations ont progressé de 5,4% en mai, soit un troisième mois consécutif de hausse attestant d'un renforcement de la demande interne également.

"On peut dire que la demande intérieure va bien mais elle est surtout le fait du secteur manufacturier", tempère Hidenobu Tokuda, économiste de l'institut d'études Mizuho.

"Il y a des plus dans les biens durables, qui sont liés aux dépenses des ménages, mais la hausse de la production industrielle est la principale explication de la croissance des importations".

Le gouvernement et les économistes sont devenus plus optimistes pour l'économie nippone et sa croissance cette année, grâce aux performances de l'industrie et d'un marché du travail qui devient tendu.

La Banque du Japon (BoJ) a observé le statu quo vendredi et revu à la hausse son évaluation de la consommation privée, et ce pour la première fois en six mois.

La consommation des ménages détonait au sein d'une économie japonaise qui par ailleurs se renforçait, sa faiblesse étant considérée comme la cause d'une inflation amorphe qui dissuadait les entreprises d'augmenter leurs prix, laissant la croissance à la discrétion du seul commerce extérieur.

Benoit Van Overstraeten et Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below