16 juin 2017 / 13:54 / il y a 6 mois

Grèce-Macron et Rajoy saluent l'accord, l'Espagne fait pression

PARIS, 16 juin (Reuters) - Emmanuel Macron et Mariano Rajoy ont salué vendredi l‘accord sur le financement de la Grèce trouvé jeudi à Luxembourg, le président du gouvernement espagnol pressant dans le même temps Athènes de régler très rapidement un différend judiciaire.

Les créanciers de la zone euro se sont entendus sur un prêt de 8,5 milliards d‘euros à la Grèce, qui permettra au pays d‘honorer des échéances cruciales cet été, et lui ont fourni des pistes en vue d‘un possible allègement de sa dette en 2018 comme le souhaite le Fonds monétaire international (FMI).

Le président français a précisé vendredi que la réflexion sur les solutions pour alléger la dette progressait.

“Nous sommes arrivés à un accord, très positif”, a dit Mariano Rajoy lors d‘un point de presse avec Emmanuel Macron à l‘Elysée.

En revanche, la situation de trois membres étrangers de la commission des privatisations, inquiétés par la justice grecque, est “inacceptable”, a-t-il ajouté.

Il était interrogé sur les déclarations du ministre espagnol de l‘Economie, qui a estimé que l‘accord pourrait être bloqué si cette situation n‘était pas résolue.

“Je suis pleinement convaincu et les autorités grecques sont d‘accord, nous allons résoudre cette question le plus rapidement possible”, a indiqué Mariano Rajoy. “J‘espère que les personnes opportunes se mettront d‘accord prochainement pour que tous nous soyons rassurés et tranquilles.”

Emmanuel Macron a pour sa part déclaré : “C‘est un bon accord et il ne faut absolument pas aujourd‘hui créer de l‘instabilité ou de l‘incertitude sur son statut.”

Pour alléger le fardeau de la dette de la Grèce, la France a en particulier proposé un mécanisme qui ajusterait le montant de ses remboursements au niveau de croissance de l‘économie grecque.

“Ces solutions progressent puisqu‘il faudra dans les prochains mois revenir sur le sujet de la Grèce et immanquablement les solutions que la France a pu proposer pour aller au-delà reviendront”, a dit Emmanuel Macron.

“L‘accord conclu hier, nous le savons bien, est un bon accord mais c‘est un accord qui n‘est pas définitif.” (Jean-Baptiste Vey et Michel Rose, édité par Yann Le Guernigou)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below