14 juin 2017 / 11:29 / il y a 5 mois

GRAPHES-USA-Signaux contradictoires de Wall Street et de l'obligataire

* Performance relative actions-obligations stable malgré les mauvaises surprises économiques

* Wall Street croit à la poursuite de la reprise

* La baisse des taux longs liée aux flux plus qu‘au risque de récession-TS Lombard

* Retournement proche de l‘indice des surprises économiques

* Le dollar devrait en bénéficier

PARIS, 14 juin (Reuters) - La performance relative de Wall Street et des Treasuries est étonnamment stable en dépit d‘indicateurs économiques américains qui surprennent de plus en plus à la baisse, au point que les intervenants de marché s‘interrogent sur la capacité de la Réserve fédérale à maintenir le rythme prévu de ses hausses de taux dans les prochains mois.

Cette interrogation peut sembler d‘autant plus pertinente que les prévisions de taux des responsables monétaires de la Fed, les fameux “dot plots”, se sont systématiquement révélées plus optimistes que celles des intervenants de marché reflétées par les contrats à terme sur les taux des fonds fédéraux. Certains analystes en sont même venus à considérer que les uns et les autres vivent dans des mondes différents.

La relative stabilité de la performance relative des actions et des obligations d‘Etat américaines résulte d‘une hausse parallèle des deux marchés : Wall Street se maintient près de niveaux record, nonobstant la récente correction du Nasdaq, et les rendements à 10 ans ont baissé de 40 points de base entre la mi-mars et début juin.

Pour les analystes de Bank of America Merrill Lynch, cette situation n‘est pas tenable dans la durée : Wall Street ne pourra continuer à anticiper une poursuite de la croissance quand le marché obligataire doute de plus en plus de la pérennité de la reprise, en grande partie en raison des doutes sur la matérialisation des promesses de relance budgétaire et fiscale du président américain Donald Trump.

Pour les analystes de TS Lombard, la performance de Wall Street est l‘indicateur à privilégier et le récent aplatissement de la courbe des taux aux Etats-Unis, avec un écart entre les rendements à 10 ans et à 2 ans qui s‘est nettement réduit, n‘est pas annonciateur d‘un fort ralentissement de la croissance, voire d‘une récession comme cela a pu être le cas dans le passé.

Ils notent en effet que si les taux à deux ans ont retrouvé leur niveau de la mi-mars, ceux à dix ans ont baissé, un mouvement qu‘ils attribuent non à un risque de ralentissement de l‘activité mais à un changement dans les flux globaux d‘investissement.

Pour eux, la baisse des taux à 10 ans résulte bien plus du retour des investisseurs chinois, principalement la Banque populaire de Chine à la faveur de la stabilisation du yuan, et des investisseurs japonais attirés par le différentiel de rémunération entre les Treasuries et les obligations souveraines nipponnes.

Ils relèvent aussi que les mauvaises surprises sur les indicateurs économiques pourraient prochainement s‘inverser.

Depuis sa création il y a quatorze ans, l‘indice Citi des surprises économiques pour les Etats-Unis a connu 20 phases de baisse d‘une ampleur de 50 points ou plus.

“En moyenne, la baisse est de 117 points et s‘étale sur 105 jours ; la baisse actuelle a été jusqu‘à présent de 100 points sur 85 jours”, rappellent les analystes de TS Lombard. Ils en déduisent qu‘un rebond est proche et que la reprise américaine devrait donc se poursuivre à la faveur de taux d‘intérêt réels toujours négatifs et d‘une politique monétaire qui reste donc globalement accommodante.

Ils s‘attendent aussi à ce que le dollar retrouve des couleurs avec ce retournement de l‘indice des surprises économiques au vu de sa forte corrélation avec la variation sur trois mois glissants de l‘indice du dollar contre un panier des principales devises mondiales.

Sur le même thème :

* ANALYSE-USA-Le scénario de trois hausses de taux remis en cause par l‘inflation.

Sources :

* Cacophony capping confidence ? Flatter curve driven by flow not data. US Watch Weekly. TS Lombard. 11 juin 2017

* The tale of two markets. Bank of America Merrill Lynch. 8 juin 2017

* Economie mondiale : des perspectives de croissance plus favorables. Perspectives économiques et financière. Candriam. 13 juin 2017

Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below