13 juin 2017 / 13:17 / dans 3 mois

LEAD 1-La BCE doit vite engager la normalisation, dit Schäuble

(Actualisé avec BCE, Brexit et succession Mario Draghi)

par Michael Nienaber

BERLIN, 13 juin (Reuters) - Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a estimé mardi que la Banque centrale européenne (BCE) devait rapidement sortir de sa politique monétaire ultra-accommodante, expliquant que les taux d‘intérêt trop bas avaient causé des difficultés dans certaines parties du monde.

A un peu plus de trois mois des élections législatives du 24 septembre, les épargnants en Allemagne se plaignent de la faiblesse des taux d‘intérêt et nombre de responsables politiques pressent l‘institution de Francfort de revenir à une normalisation de sa politique monétaire.

La BCE a abandonné la semaine dernière toute référence à d‘éventuelles baisses de taux face à l‘amélioration des perspectives économiques dans la zone euro. L‘institution a toutefois noté qu‘en raison de la faiblesse persistante de l‘inflation, elle devait maintenir en l‘état sa politique monétaire.

“Il faut sortir de la politique monétaire actuelle en temps opportun et reprendre un cours plus normal”, a martelé Wolfgang Schäuble.

“Dans beaucoup de régions, les politiques monétaires ultra-accommodantes ont encouragé des prises de risque inconsidérées, des politiques complaisantes, une mauvaise allocation de capitaux et des bulles spéculatives. Cela continuera si ce n‘est pas inversé à temps”, a-t-il ajouté.

La Réserve fédérale américaine a déjà entamé un processus de normalisation de sa politique monétaire et la BCE a récemment modifié sa communication d‘une manière qui peut être interprétée comme allant dans le même sens sur le moyen terme, a-t-il toutefois observé.

Réagissant par ailleurs à un article du magazine allemand Der Spiegel selon lequel Berlin veut voir le président de la Bundesbank Jens Weidmann succéder à Mario Draghi à la fin de son mandat à la tête de la BCE en 2019, Wolfgang Schäuble a estimé que ce débat était “néfaste” et “superflu”.

La BCE a la mission difficile de devoir déterminer et mettre en oeuvre une politique monétaire qui réponde aux besoins de tous les membres de la zone euro, a-t-il fait valoir.

En ce qui concerne la décision de la Grande-Bretagne de quitter l‘Union européenne, Wolfgang Schäuble a jugé que la “décision malheureuse des électeurs britanniques”, ainsi que certaines déclarations de la nouvelle administration américaine, avaient accru les incertitudes politiques.

Le gouvernement allemand ne souhaite pas affaiblir la Grande-Bretagne mais cherche un accord de nature à réduire les conséquences négatives pour l‘ensemble du bloc communautaire, a-t-il rappelé.

“Le gouvernement britannique a dit vouloir poursuivre avec le Brexit. Nous respectons cette décision, mais s‘il venait à changer d‘avis, bien sûr les portes lui seraient ouvertes”, a-t-il dit par la suite lors d‘une interview accordée à Blomberg TV. (Véronique Tison et Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below