8 juin 2017 / 20:30 / dans 3 mois

POINT MARCHÉS-Wall Street finit indécise après l'audition de Comey

(Actualisé avec volumes, autres marchés)

* Le Dow a grappillé 0,04%, le S&P-500 0,03%, le Nasdaq 0,39%

* Records en séance pour le Dow et le Nasdaq

* L‘ex-patron de la FBI ne fait pas de révélation fracassante

* Nervosité avant le résultat des élections britanniques

par Rodrigo Campos

NEW YORK, 8 juin (Reuters) - Wall Street a fini peu changée jeudi, tiraillée entre le soulagement après l‘audition sans mauvaise surprise de l‘ancien directeur du FBI James Comey au Sénat et la nervosité avant les résultats des élections législatives britanniques.

L‘indice Dow Jones a terminé sur un gain modeste de 8,84 points, soit 0,04%, à 21.182,53, loin d‘un record à 21.265,69 inscrit en début de séance.

Le Standard & Poor’s 500, plus large, a grappillé 0,65 point ou 0,03% à 2.433,79 et le Nasdaq Composite a avancé plus nettement de 24,38 points (0,39%) à 6.321,76, après avoir atteint lui aussi un plus haut absolu à 6.324,06.

Entendu par la commission sénatoriale du Renseignement, James Comey s‘exprimait pour la première fois depuis son limogeage qui avait provoqué un début de crise politique le 9 mai, mais sa déposition n‘a pas apporté d‘information nouvelle susceptible de déstabiliser la Maison blanche.

Les investisseurs craignaient des révélations dommageables pour le pouvoir qui auraient perturbé son agenda économique, notamment les baisses d‘impôts et mesures de régulations promises par Donald Trump et qui tardent à se concrétiser.

“Je pense que le marché est un peu moins alarmé maintenant et cela laisse espérer que Trump pourra mettre en oeuvre son programme économique”, explique Thomas Simons, analyste du marché monétaire chez Jefferies & Co à New York.

“On en revient au point de départ, et à la difficulté qu‘a l‘administration Trump à mettre en place un plan de relance budgétaire”, nuance John Canavan, stratège chez Stone & McCarthy Research Associates à Princeton (New Jersey). “Pour moi, il ne fait pas de doute que ce sera beaucoup plus modeste que ce qu‘on pouvait espérer, et pas avant 2018 voire 2019.”

Les élections britanniques sous haute tension, dont le résultat ne sera pas connu avant la nuit, ont aussi rendu les investisseurs prudents.

“Le marché y est sensible car si Theresa May perd sa majorité, ce sera un élément perturbateur pour le déroulement du Brexit”, commente Art Hogan, stratège chez Wunderlich Securities à New York. “On pensait être dans un processus ordonné et si ce n‘est plus le cas, cela redeviendra un facteur négatif.”

Ce “Super Thursday” décidément chargé en actualité a aussi vu la Banque centrale européenne maintenir sa politique monétaire ultra-accommodante mais sans plus s‘engager à réduire encore ses taux si nécessaire.

L‘annonce de la BCE a fait trébucher l‘euro à un plus bas depuis le 31 mai de 1,1196 dollar. L‘euro/dollar se traitait à 1,1214 (-0,4%) à la clôture de Wall Street et le billet vert se renforçait de 0,2% face à un panier de devises .

La perspective d‘une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine la semaine prochaine a en revanche fait progresser le rendement de l‘emprunt à 10 ans, référence du marché obligataire, à 2,195% contre 2,180% mercredi.

LE TRUMP TRADE PROFITE AUX FINANCIÈRES

Sept des 11 grands indices sectoriels S&P ont fini en repli même si les financières ont bondi de 1,14% à la faveur d‘un retour du “Trump trade”, la dynamique d‘achats liée aux promesses économiques de la nouvelle administration.

L‘indice plus large S&P 1500 de la construction et de l‘ingénierie a de même pris 1,37% et celui des matériaux de construction 1,49%.

Caterpillar, en hausse de 1,45%, a signé la meilleure performance du Dow Jones devant Goldman Sachs (+1,24%) et JP Morgan & Chase (+1,38%).

En vedette, Alibaba Group Holding a grimpé de 13,29% à 142,34 dollars, record à la clé, après avoir dit attendre une croissance de près de 50% de ses ventes sur l‘exercice en cours. Yahoo, qui détient 15,5% du géant chinois du commerce en ligne, en a profité pour monter de 10,21%.

Le groupe de grands magasins Nordstrom s‘est adjugé 10,52%, sa plus forte hausse depuis février 2009, après avoir annoncé que certains membres de la famille fondatrice envisageaient de le retirer de la cote.

A la pharmacie, le canadien Valeant Pharmaceuticals International s‘est octroyé 8,96% après l‘annonce de la vente de sa division iNova Pharmaceuticals pour 930 millions de dollars, une opération qui va lui permettre de réduire un peu son endettement.

Aux technologiques, le fabricant de puces graphiques Nvidia a gagné 7,26% à 159,94, après un record à 160, en réaction à des commentaires positifs de Citigroup qui a relevé de 35 dollars son objectif de cours, à 180 dollars.

A la baisse, Urban Outfitters a chuté de 10,31% après avoir averti sur une baisse de ses ventes à périmètre comparable lors du trimestre en cours.

Quelque 7,07 milliards de titres ont changé de mains, à comparer à une moyenne de 6,62 milliards sur les 20 dernières séances.

Du côté des matières premières, les cours du pétrole ont encore fléchi légèrement après leur chute de près de 5% la veille motivée par une augmentation des stocks aux Etats-Unis. Le Brent et le brut léger américain ont touché de nouveaux plus bas d‘un mois à respectivement 47,56 et 45,20 dollars.

L‘or a cédé 0,6%, affaibli par la fermeté du dollar. (avec Tanya Agrawal à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below