8 juin 2017 / 12:24 / il y a 6 mois

LEAD 1-La croissance en zone euro revue à un pic de deux ans

(Actualisé avec des précisions)

par Philip Blenkinsop

BRUXELLES, 8 juin (Reuters) - L‘économie de la zone euro a enregistré au premier trimestre une croissance plus soutenue qu‘initialement estimé, la plus forte depuis deux ans, a annoncé jeudi Eurostat, quelques heures avant l‘annonce de la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui a opté pour le statu quo mais a fermé la porte à de nouvelles baisses de taux.

Le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays utilisant la monnaie unique a augmenté de 0,6% d‘un trimestre sur l‘autre au cours de la période janvier-mars et de 1,9% sur un an, a précisé l‘institut européen de la statistique.

Eurostat avait précédemment estimé la croissance au premier trimestre à 0,5% par rapport aux trois mois précédents et à 1,7% sur un an.

Ce résultat est la conséquence d‘une révision des estimations pour la France et l‘Italie, le moteur global de cette hausse ayant été la demande intérieure, en particulier l‘investissement. La formation brute de capitale fixe a augmenté de 1,3% sur le trimestre et de 6,0% en un an.

En rythme annualisé, la croissance de la zone euro a été de 2,3% sur les trois premiers mois de l‘année, soit un taux près de deux fois supérieur à la hausse de 1,2% enregistrée par les Etats-Unis sur la période.

Capital Economics estime au vu des enquêtes auprès des directeurs d‘achats que la croissance en zone euro pourrait encore accélérer au deuxième trimestre, à 0,7%.

La croissance au premier trimestre a été la plus rapide depuis les trois premiers mois de 2015, époque à laquelle la BCE s‘est lancée dans un programme d‘assouplissement quantitatif, via des rachats d‘actifs pour un montant global de 2.300 milliards d‘euros, afin de redresser l‘inflation et l‘activité dans la zone euro.

L‘institut de Francfort a maintenu jeudi sa politique inchangée mais a fermé la porte à de futures baisses de taux en supprimant la référence à cette possibilité dans son communiqué accompagnant son annonce.

Si la croissance économique semble accélérer dans la région, l‘inflation n‘est toujours pas revenue à l‘objectif de la BCE d‘une hausse des prix légèrement inférieure à 2%. La BCE est de ce fait réticente à s‘engager dans un resserrement monétaire, d‘autant que le léger redressement de l‘inflation lui paraît essentiellement dû au renchérissement de l‘énergie et que la croissance des salaires lui semble encore trop faible.

La consommation des ménages a contribué à hauteur de 0,2 point de pourcentage à la croissance du PIB du premier trimestre, la formation brute de capital fixe à hauteur de 0,3 point et les dépenses publiques à hauteur de 0,1 point.

L‘effet des stocks et celui du commerce extérieur sont restés neutre sur la période. (Benoit Van Overstraeten et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below