6 juin 2017 / 16:31 / il y a 5 mois

France-Le gouvernement n'a pas encore tranché sur le budget Défense

PARIS, 6 juin (Reuters) - Le gouvernement n‘a pris à ce stade aucune décision sur les crédits alloués à la Défense, mais Sylvie Goulard défendra dans les futurs arbitrages ministériels la nécessité de consentir “un effort particulier” pour les armées face à “la gravité des menaces terroristes”, a fait savoir mardi son cabinet.

Dans un article publié mardi, La Tribune affirme de “sources concordantes” que le ministère de l‘Economie a décidé d‘amputer de 2,66 milliards d‘euros le budget du ministère des Armées pour l‘exercice en cours.

Le cabinet de Sylvie Goulard a précisé qu‘aucune décision n‘avait “été prise depuis l’arrivée du nouveau gouvernement concernant les crédits de la Défense pour l’année 2017”, contrairement à ce que laisse entendre le quotidien économique.

Les décisions évoquées participent d’“une régulation des crédits de la Défense, comme c‘est le cas au demeurant pour les autres ministères chaque année”, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2017 adopté par le Parlement le 20 décembre dernier, précise le cabinet.

“Le montant total de cette régulation (...) s’élève en effet à 2,7 milliards d’euros”, a-t-il indiqué.

Dans le détail : une réserve de précaution de 1,6 milliard d‘euros, un gel des crédits de report de 2016 sur 2017 à hauteur de 715 millions (décidé en mars) et un “surgel” de 350 millions d‘euros (en avril) “visant traditionnellement à conserver des marges de manœuvre pour la majorité issue des élections.”

“Le montant de ces mesures de régulation est du même ordre de grandeur, à la même date, que celui qui a été appliqué en 2016 (2,7 milliards d’euros)”, souligne le cabinet.

MINISTÈRES “SOLIDAIRES”

Sylvie Goulard, qui doit s‘entretenir jeudi avec le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, “défendra le budget du ministère, au Parlement et dans les arbitrages interministériels, dans le souci de doter les armées des moyens de remplir leurs missions”, assure-t-on.

“La gravité des menaces terroristes, tout comme le nombre important d’opérations extérieures, invite la nation à assumer un effort particulier à l’égard de ses armées”, ajoute-t-on.

“Les chiffres qui ‘sortent’ ne sont pas des chiffres qui résultent d‘une prise de position du ministre. Aucune décision nouvelle n‘a été prise sur le budget de la Défense depuis la nomination du gouvernement”, a-t-on confirmé à Bercy.

Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s‘est engagé à porter les ressources de la Défense, qui furent souvent par le passé une variable d‘ajustement budgétaire, à 2% du PIB en 2025, soit plus de 50 milliards d‘euros, hors pensions et surcoûts des opérations extérieures. Le budget de la Défense représente actuellement environ 1,8% de la richesse nationale.

Dans le budget 2017, les crédits ont été portés à 32,4 milliards d‘euros, contre 31,8 milliards d‘euros en 2016, sur l‘intervention notamment du prédécesseur de Sylvie Goulard, Jean-Yves Le Drian, aujourd‘hui ministre des Affaires étrangères.

“On commence à discuter”, a-t-on déclaré au ministère de l‘Economie. “On a des objectifs globaux, avec le sérieux budgétaire d‘un côté, de l‘autre des priorités et un programme présidentiel. Tous les ministres sont solidaires, (...) donc il n‘y aura pas de logiques de l‘un contre l‘autre”, relève-t-on.

“Les crédits qui avaient été mis en réserve ou gelés jusqu‘à présent le sont encore, mais ils feront l‘objet de discussions le moment venu.” (Sophie Louet, avec Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below