6 juin 2017 / 13:56 / il y a 6 mois

L'Afrique du Sud bascule en récession économique

par Mfuneko Toyana

PRETORIA, 6 juin (Reuters) - L‘Afrique du Sud a basculé en récession économique au premier trimestre, ce qui ne lui était plus arrivé depuis huit ans, avec notamment des signes jugés inquiétants du côté de la consommation, principal soutien à l‘activité jusqu‘à présent.

Cette entrée en récession pourrait fragiliser un peu plus le président sud-africain Jacob Zuma, confronté à des soupçons de corruption, d‘autant que les agences Standard & Poor’s et Fitch ont dégradé en mars la note souveraine du pays en catégorie “spéculative”.

Le produit intérieur brut (PIB) de l‘Afrique du Sud s‘est contracté de 0,7% au premier trimestre 2017 après un recul de 0,3% au cours des trois mois précédents, montrent les chiffres publiés mardi par l‘institut sud-africain de la statistique.

Les économistes attendaient au contraire une croissance de 0,9% d‘un trimestre sur l‘autre.

Il s‘agit de la première contraction du PIB sur deux trimestres consécutifs, soit la définition technique d‘une récession, depuis le deuxième trimestre 2009, lorsque l‘économie mondiale était frappée de plein fouet par la crise financière venue des Etats-Unis.

L‘essor spectaculaire de la consommation a permis à l‘Afrique du Sud de connaître une croissance de 5% en moyenne au cours des cinq années ayant précédé la récession de 2009 mais l‘économie sud-africaine peine à redécoller depuis.

“Le ralentissement au premier trimestre est dû aux résultats bien pires (que prévu) des secteurs tournés vers le consommateur, habituellement stables, qui ont été les principaux moteurs de la croissance ces dernières années”, a commenté John Ashbourne, économiste chez Capital Economics Africa.

Le secteur le moins performant a été celui du commerce, de l‘hôtellerie et de la restauration, qui s‘est contracté de 5,9%, alors que le secteur manufacturier, autre moteur important de l‘activité du pays, a reculé de 3,7%.

Pour Razia Khan, économiste en chef pour l‘Afrique chez Standard Chartered, ces statistiques “horribles” font apparaître des faiblesses là où on les attendait pas.

Les analystes craignent globalement que le chômage élevé et la stagnation des salaires ne commencent à produire leurs effets sur une consommation qui a jusqu‘à présent résisté au ralentissement économique de l‘Afrique du Sud. (Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below