23 mai 2017 / 09:53 / dans 4 mois

LEAD 1-Allemagne-L'effet Macron profite au climat des affaires

* Le moral des entreprises s‘améliore plus que prévu

* L‘arrivée de Macron au pouvoir a soulagé l‘Allemagne

* L‘Ifo voit 0,6% de croissance “au moins” au 2e trimestre (Actualisé avec des précisions, contexte, citations, autres indicateurs)

par Michael Nienaber

BERLIN, 23 mai (Reuters) - Le climat des affaires en Allemagne s‘est amélioré encore plus qu‘attendu en mai, permettant à l‘indice Ifo, l‘un des baromètres économiques les plus suivis du pays, d‘atteindre son plus haut niveau depuis 1991 après l‘élection d‘Emmanuel Macron à la présidence de la République française, accueillie par un vif soulagement dans la première économie européenne.

La France est en effet le deuxième partenaire commercial individuel de l‘Allemagne, après la Chine.

L‘indice du moral des chefs d‘entreprise de l‘institut munichois Ifo, publié mardi et calculé à partir d‘un échantillon de quelque 7.000 entreprises, a atteint 114,6 en mai contre 113,0 (un chiffre revu en hausse) en avril. Les économistes interrogés par Reuters l‘attendaient en baisse plus limitée à 113,1.

“Cette évolution de l‘indice Ifo ainsi que d‘autres indicateurs économiques clés laissent présager une croissance de 0,6% au deuxième trimestre”, a déclaré Clemens Füst, le directeur de l‘Ifo. “L‘activité économique reste très dynamique en Allemagne”.

Le jugement des chefs d‘entreprises sur leur situation actuelle et sur leurs perspectives à six mois a nettement progressé en mai. Les sous-indices les mesurant sont ressortis respectivement à 123,2 (consensus: 121,2) et à 106,5 (consensus: 105,4).

Klaus Wohlrabe, économiste de l‘Ifo, a mis en exergue les retombées de la victoire de Macron. “Cette nouvelle positive a donné un coup de fouet; cela veut dire qu‘il n‘y a pas sur l‘Union européenne de pression aussi vive qu‘il y a un an”, a-t-il observé.

Il a ajouté que ni le Brexit ni la politique du président américain Donald Trump n‘avaient encore eu d‘effets manifestes sur l‘économie allemande.

Les résultats détaillés de l‘enquête de l‘Ifo montrent que c‘est surtout l‘industrie qui a eu un effet dynamisant en mai. Le commerce de gros et le bâtiment sont également plus optimistes, à l‘inverse de la distribution.

Parallèlement, les premiers résultats de l‘enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d‘achats (PMI) montrent que la croissance du secteur privé a atteint en mai son niveau le plus élevé depuis plus de six ans en Allemagne, en raison, notamment d‘une accélération plus importante que prévu du secteur manufacturier.

Les chiffres des PMI pour l‘ensemble de la zone euro montrent quant à eux que l‘activité économique a enregistré en mai le même rythme de croissance qu‘en avril, ce qui n‘a rien de décevant car cela veut dire que les entreprises peinent toujours à satisfaire une demande qui ne cesse de croître.

BONNES NOUVELLES POUR MERKEL

“Les fortes statistiques allemandes du jour sont une nouvelle preuve que, non seulement l‘économie allemande mais l‘économie de la zone euro dans son ensemble pourraient bien devenir la bonne surprise de 2017 pour ce qui est de la croissance”, note Carsten Brzeski, économiste d‘ING.

“Le risque politique tendant à s‘atténuer, c‘est l‘économie qui reprend rapidement sa primauté”.

La croissance allemande a atteint 0,6% au premier trimestre en Allemagne et les indices PMI dans leur version flash laissent penser qu‘elle sera également de 0,6% “au moins” sur la période avril-juin, a dit Chris Williamson, chef économiste d‘IHS Markit.

De bonnes nouvelles pour la chancelière Angela Merkel, qui briguera un quatrième mandat lors des élections législatives de septembre.

Le bloc chrétien-démocrate de la chancelière a encore creusé l‘écart sur les sociaux-démocrates du SPD, relégués à 14 points dans les intentions de vote mesurées par l‘institut Forsa.

Autre signal favorable, la DIHK, la fédération allemande des chambres de commerce et d‘industrie, a relevé sa prévision de croissance pour l‘Allemagne cette année, à 1,8% contre 1,6% auparavant.

Pour l‘ensemble de l‘année 2017, Markit anticipe lui une croissance de 2,0% en Allemagne, en données ajustées des effets calendaires.

Le ministère des Finances projette pour sa part 1,5% de croissance cette année et 1,6% l‘an prochain, deux chiffres non ajustés du nombre de jours ouvrés. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below