16 mai 2017 / 17:08 / il y a 6 mois

France-Mélenchon s’invite dans le dossier GM&S La Souterraine

PARIS, 16 mai (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou, deux candidats malheureux à l‘élection présidentielle, ont participé mardi à une manifestation de soutien aux employés de l‘équipementier automobile GM&S La Souterraine menacé de liquidation judiciaire, le premier dossier social du quinquennat d‘Emmanuel Macron.

“C’est une situation très grave. Les gens qui sont là vivent dans une angoisse mortelle”, a déclaré le dirigeant de La France insoumise dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux avant son déplacement dans la Creuse.

Philippe Poutou, porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), s‘est aussi rendu sur place en réponse à l’appel au rassemblement national lancé par la CGT le 12 mai.

“Des manifestations comme aujourd’hui, ou comme on en a vu depuis quelques jours, montrent qu’on a la possibilité de réagir et qu’on peut peut-être changer la donne”, a-t-il dit à Reuters.

La manifestation, pacifique, a contrasté avec le ton adopté jeudi dernier par les employés qui avaient commencé à détruire le matériel et menaçaient de faire sauter l’usine avec des bonbonnes de gaz et des bidons d’essence.

Les 277 salariés souhaitent surtout faire pression auprès des constructeurs PSA et Renault, les principaux donneurs d’ordres, afin que ceux-ci s’engagent sur un volume de commande suffisant pour assurer la survie de l’entreprise.

MACRON SE DONNE “QUELQUES JOURS”

Le président socialiste de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, estime que “PSA a fait un effort”, en faisant passer ses commandes de 10 à 13 millions d’euros.

“Renault est à 5 millions d’euros et il faut qu’ils doublent leurs commandes à 10 millions”, a-t-il déclaré lundi au site de La Tribune. A eux deux, les industriels représentent 65% du carnet de commande de GM&S Industry.

Les pouvoirs publics, les représentants du personnel et les deux constructeurs automobiles s’étaient réunis lundi à la préfecture de la Creuse, à Guéret, pour trouver une issue à cette crise, mais sans succès.

Ils se sont toutefois entendus pour monter un dossier afin de repousser l’examen du tribunal de commerce de Poitiers sur l’éventuelle liquidation, prévue le 23 mai. Cela laisserait le temps au potentiel repreneur GMD de formuler une offre.

Pour Jean-Luc Mélenchon, les méthodes de pression employées par les salariées de GM&S Industry se justifient.

“Je défends peut-être les gens qui ont des méthodes extrêmes (…) Mais les autres, de leur côté, ce ne sont pas des méthodes extrêmes? ”, a-t-il déclaré dans sa vidéo.

Interrogé sur cette situation de l‘usine, l’entourage du nouveau président Emmanuel Macron a dit se donner “quelques jours” pour traiter ce type de dossiers, dans la mesure où il n‘y a pour l’instant ni conseiller industrie, ni ministre ad hoc. La composition du gouvernement d’Edouard Philippe doit être annoncée mercredi à 15h00.

Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below