15 mai 2017 / 15:16 / dans 5 mois

LEAD 1-Pour Merkel, l'élection de Macron contribuera à redynamiser l'Europe

(Actualisé avec citations supplémentaires, précisions, contexte)

BERLIN, 15 mai (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel, qui reçoit en fin d‘après-midi le nouveau président français, a estimé lundi que l‘élection d‘Emmanuel Macron allait permettre de redynamiser le projet européen.

Alors que certains conservateurs allemands, à l‘image du ministre des Finances Wolfgang Schäuble, ont émis des réserves sur la plus grande intégration européenne prônée par Emmanuel Macron, de crainte d‘avoir à financer les pays de la zone euro en difficulté, Angela Merkel a choisi de se montrer résolument positive avant son entretien avec le nouveau locataire de l‘Elysée.

“L‘élection du nouveau président français nous donne ici la possibilité d‘insuffler un nouveau dynamisme dans le développement de l‘Europe”, a souligné la chancelière au lendemain de la victoire de son parti, l‘Union chrétienne-démocrate (CDU), lors des élections régionales en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, un succès de bon augure pour elle avant les législatives de septembre.

“L‘avenir de l‘Allemagne est dans l‘Europe. L‘Allemagne ne réussira, à long terme, que si l‘Europe réussit aussi”, a insisté Angela Merkel lors d‘une conférence de presse.

Evoquant son entretien avec Emmanuel Macron, elle a ajouté: “Je lui dirai d‘abord, ayons l‘esprit ouvert, pour trouver ce que nous avons en commun au lieu de commencer par tout ce qui n‘est pas faisable... Nous avons peut-être certaines choses à apprendre des Français.”

BERLIN À L‘HEURE DU CHOIX

Passé le soulagement d‘avoir vu Emmanuel Macron remporter l‘élection présidentielle face à la candidate d‘extrême droite Marine Le Pen, les conservateurs allemands ont commencé à se déchirer ses derniers jours sur les suites à donner au projet européen.

Pour Wolfgang Ischinger, président de la Conférence sur la sécurité de Munich et ancien ambassadeur d‘Allemagne à Londres et Washington, Berlin est à l‘heure du choix entre la rigueur budgétaire extrême incarnée par Wolfgang Schäuble ces dernières années et une collaboration plus étroite avec Paris sur un faisceau d‘idées communes pour relancer le projet européen.

“Mon souhait est que cela ne se transforme pas en argument de campagne électorale (en vue des législatives) mais que nous ayons une discussions sérieuse à ce sujet: qu‘est-ce qui est le plus important pour nous? Le ‘Schwarze Null’ (NDLR: équilibre budgétaire) érigé en impératif absolu ou l‘avenir de l‘Europe?”, a déclaré Wolfgang Ischinger à Reuters.

“S‘il est nécessaire et pertinent de faire des compromis, alors je serai partisan du compromis plutôt que des impératifs catégoriques”, a-t-il ajouté.

Pour le diplomate allemand, Berlin et Paris peuvent par exemple s‘entendre sur un projet de ministère des Finances de la zone euro qui pourrait incorporer l‘idée d‘un fonds de secours pour les pays de la zone euro en difficulté, ou encore sur une coopération militaire accrue comme première étape sur la route d‘une Europe de la Défense génératrice d‘importantes économies budgétaires.

Pour l‘heure, Angela Merkel comme Emmanuel Macron paraissent vouloir insuffler une dynamique positive que la presse allemande a déjà baptisée “Merkron”, en insistant sur la résilience de l‘Union européenne après le choc du vote des Britanniques en faveur du Brexit et les crises financière et migratoire qui ont ébranlé les Vingt-Huit. (Paul Carrel; Eric Faye et Tangi Salaün pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below