13 mai 2017 / 15:17 / dans 7 mois

Europe et Japon guère rassurés par les USA au sommet du G7

par David Lawder et William Schomberg

BARI, Italie, 13 mai (Reuters) - Les nations les plus riches de la planète s‘habituent peu à peu à la nouvelle doctrine économique et commerciale défendue par le président américain, Donald Trump, ont déclaré des représentants des Etats-Unis, malgré les réticences exprimées par les Européens et les Japonais.

Réunis à Bari, sur la côte adriatique italienne, les ministres des Finances et les banquiers centraux du G7 espéraient davantage de clarté de la part du secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin et continuent de redouter le protectionnisme préconisé par Donald Trump et sa volonté de revenir sur la régulation bancaire ou de freiner la lutte contre le dérèglement climatique.

Steven Mnuchin a expliqué à ses interlocuteurs que les Etats-Unis se réservaient le droit de prendre des mesures protectionnistes à chaque fois qu‘ils jugeront bon de le faire.

“Nous recommandons une approche plus équilibrée du commerce et ce qui a été entendu”, a-t-il déclaré à la presse au terme du sommet de deux jours.

“Ils sont plus à l‘aise depuis qu‘ils ont eu la possibilité de passer du temps avec moi et d‘écouter le président et entendre notre message économique.”

Mais d‘autres ministres du G7 n‘ont pas caché qu‘ils ne partageaient pas ce point de vu.

“Les six autres ont tous explicitement, et parfois sans détour, dit aux représentants du gouvernement américain qu‘il est absolument nécessaire de poursuivre la coopération internationale dans le même esprit”, a ainsi déclaré le ministre français de l‘Economie et des Finances, Michel Sapin, pour son dernier sommet du G7 avant que François Hollande ne transmette ses pouvoirs, dimanche, à Emmanuel Macron.

INCERTITUDES

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a de son côté parlé d‘une “légère brise” d‘optimisme au sein du G7 qui s‘est félicité de la reprise économique mondiale.

Il a toutefois également évoqué les incertitudes alimentées par la direction que semble prendre le gouvernement américain comme l‘avait fait avant lui le ministre japonais des Finances, Taro Aso.

“Nous ne devons pas faire marche arrière en ce qui concerne le libre-échange qui a contribué à la prospérité économique”, a dit Taro Aso.

Les représentants européens ont de leur côté regretté que personne ne sache avec certitude ce que recouvre le concept de “commerce équitable” dans la bouche de leurs interlocuteurs américains et estiment que le seul moyen de s‘assurer de l‘équité est de se conformer aux règles de l‘Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Ils jugent en outre que la volonté des Américains d‘équilibrer les flux commerciaux de manière bilatérale est dénuée de sens puisque les déficits et surplus commerciaux ne peuvent être analysés qu‘à l‘échelle mondiale.

Un haut responsable du ministère japonais des Finances a déclaré samedi que des incertitudes régnaient encore autour de la trajectoire que la Réserve fédérale américaine entend donner à ses taux directeurs. Ils se demandent en outre quel sera l‘impact des baisses d‘impôts promises par Donald Trump sur la première économie de la planète.

Le président américain a proposé de réduire l‘impôt sur les entreprises et des avantages fiscaux aux multinationales qui accepteraient de rapatrier leurs bénéfices aux Etats-Unis.

Il a toutefois renoncé à l‘instauration d‘une taxe “d‘ajustement frontalière” qui devait servir à compenser la baisse de recettes fiscales provoquée par les baisses d‘impôts. (Nicolas Delame pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below