7 mai 2017 / 16:47 / il y a 3 mois

LEAD 2-La CDU de Merkel s'impose dans le Schleswig-Holstein

BERLIN, 7 mai (Reuters) - La CDU a remporté dimanche les élections régionales dans le land du Schleswig-Holstein, où elle réalise un score en progression par rapport aux précédentes élections, en 2012, et conforte la position d'Angela Merkel à l'approche des élections législatives du 24 septembre.

L'Union chrétienne-démocrate, conduite par Daniel Günther, est créditée de 33% à 34% des voix, contre 30,8% il y a cinq ans, selon les projections réalisées pour les chaînes de télévision ARD et ZDF sur la base de sondages sortie des urnes.

Les sociaux-démocrates du SPD sont crédités eux de 26% à 27%, contre 30,4% en 2012, un score qui ne leur permettra de reconduire la coalition de gouvernement qu'ils avaient formée avec les Verts et le parti de la minorité danoise SSW.

Ce scrutin, après la Sarre fin mars et avant la Rhénanie-du-Nord-Westphalie dimanche prochain, constituait la deuxième des trois élections régionales organisées cette année avant les législatives de septembre.

Comme dans la Sarre, les électeurs du Schleswig-Holstein ont favorisé la CDU d'Angela Merkel tandis que le SPD de Martin Schulz, qui avait connu une embellie dans les sondages nationaux en début d'année après la désignation à sa tête de l'ancien président du Parlement européen, subit un nouveau recul.

"Hourra !", s'est réjoui sur Twitter le secrétaire général de la CDU, Peter Tauber. "Les électrices et les électeurs ont donné un mandat clair de gouvernement à Daniel Günther et à la CDU. Ce que nul ne pensait possible il y a quelques semaines est devenu réalité", a-t-il poursuivi.

"C'est un résultat très amer pour nous", a commenté pour sa part Katarina Barley, secrétaire générale du SPD, qui veut cependant croire que le scrutin à venir, dimanche prochain en Rhénanie du Nord-Westphalie, le plus peuplé des Länder allemands, sera "une tout autre affaire".

"MERKEL MÈNE LA DANSE"

A la troisième place, les écologistes des Grünen sont donnés entre 12,5% et 13,5%, un score conforme à leur performance de 2012 (13,2%) tandis que les libéraux du FDP progressent largement, entre 10,5% et 11,5%, contre un peu plus de 8% il y a cinq ans.

Crédité de 3,5%, le parti de la gauche radicale Die Linke échoue une nouvelle fois dans sa tentative d'entrer au Parlement régional. Le parti d'extrême droite Alternative für Deutschland (AfD), qui n'existait pas en 2012, semble en revanche en passe, avec 5,5%, de franchir le seuil de représentation parlementaire.

Quelque 2,3 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes, dont 57.000 jeunes électeurs âgés de 16 à 18 ans, pour la première fois autorisés à voter.

"Si ces deux élections régionales sont un échec pour le SPD, rien ne sera perdu, mais ce sera difficile de gagner l'élection de septembre", relevait avant le scrutin Gero Neugebauer, politologue à l'université libre de Berlin et spécialiste du SPD.

"Merkel mène la danse et se présente devant les Allemands comme une gestionnaire de crise", ajoute-t-il. "Avec Schulz, les gens se demandent 'où est la matière ?', il parle de justice sociale, mais les gens veulent savoir ce que cela signifie."

Selon un sondage Emnid diffusé samedi soir, le bloc conservateur CDU-CSU de la chancelière, qui briguera un quatrième mandat le 24 septembre, accentue son avance sur le SPD, à 36% des intentions de vote contre 28% pour les sociaux-démocrates. (Paul Carrel, Sabine Diebold et Alexander Ratz avec Fanny Brodersen à Kiel; Nicolas Delame et Henri-Pierre André pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below