5 mai 2017 / 13:18 / dans 6 mois

POINT HEBDO-Fumée blanche et voyants au vert pour les actions européennes

* Macron favori du 2d tour de l‘élection présidentielle dimanche

* Le CAC 40 est revenu à ses plus hauts depuis janvier 2008

* La levée du risque politique renforce l‘attrait des actions européennes

* Résultats et indicateurs économiques au beau fixe en zone euro

par Marc Angrand

PARIS, 5 mai (Reuters) - Confiants avant le deuxième tour de l‘élection présidentielle française, les marchés financiers devraient, sauf énorme surprise dimanche, pouvoir continuer sur leur lancée dans les jours et les semaines à venir en s‘appuyant sur l‘amélioration des perspectives économiques et la solidité des résultats des entreprises.

Même si les précédents du référendum britannique sur l‘Union européenne et de la présidentielle américaine plaident pour la prudence, la vingtaine de points d‘avance attribuée à Emmanuel Macron sur Marine Le Pen par les sondages sur les intentions de vote en France a favorisé ces derniers jours la hausse des actions européennes et la détente des rendements obligataires.

Et le débat de mercredi entre les deux derniers prétendants à l‘Elysée n‘a fait qu‘amplifier le mouvement, permettant à l‘indice CAC 40 de la Bourse de Paris d‘atteindre son plus haut niveau depuis janvier 2008 et ramenant l‘écart de rendements entre les dettes française et allemande à dix ans à son plus bas niveau depuis six mois.

“La perspective d‘une levée du risque politique français, s‘ajoutant à des indicateurs économiques solides et des résultats de sociétés meilleurs qu‘attendus devraient permettre une poursuite du mouvement favorable aux actions européennes, d‘autant que les doutes sur la conjoncture et la politique fiscale aux Etats-Unis sont loin d‘être dissipés”, explique Philippe Ithurbide, directeur de la recherche, de la stratégie et de l‘analyse d‘Amundi.

En effet, au-delà du soulagement que procurerait aux investisseurs l‘élection d‘un candidat clairement favorable à l‘euro et à l‘intégration européenne, la hausse des actions européennes continue de s‘appuyer sur des fondamentaux solides.

BOND ATTENDU DES BÉNÉFICES EN EUROPE

Près de la moitié des sociétés composant l‘indice large européen Stoxx 600 ont désormais publié leurs résultats du premier trimestre et plus de 80% d‘entre elles affichent un chiffre d‘affaires supérieur aux estimations des analystes et plus de 95% un bénéfice meilleur qu‘attendu, selon les données Thomson Reuters I/B/E/S.

Une proportion de “bonnes surprises” plus forte encore qu‘aux Etats-Unis où, sur environ trois quarts du Standard & Poor’s 500, le chiffre d‘affaires a dépassé le consensus dans 63% des cas et le bénéfice dans 75%.

Les profits du S&P 500 sont désormais attendus en hausse de 11,4% sur l‘ensemble de cette année et ceux du Stoxx 600 en progression de 19,5%.

Les voyants macroéconomiques européens sont aussi au vert: la première estimation de la croissance de la zone euro a dépassé les attentes et les indices PMI, considérés comme de bons baromètres de l‘activité globale, évoluent au plus haut depuis six ans.

Cette évolution devrait au moins conforter les anticipations de la Commission européenne, voire la conduire à les relever mercredi à l‘occasion de ses prévisions économiques de printemps.

La zone euro confirme ainsi l‘avantage dont elle bénéficie sur les Etats-Unis dans l‘esprit de nombreux investisseurs, souligné récemment par le chiffre décevant de la croissance américaine (0,7% seulement en rythme annualisé au premier trimestre), même si la Réserve fédérale (Fed) a qualifié ce ralentissement de “transitoire”.

Un diagnostic conforté vendredi par les chiffres mensuels du marché du travail, puisque les créations de postes, à 211.000 en avril soit plus du double du chiffre de mars, ont dépassé les attentes, ramenant le taux de chômage à 4,4%, au plus bas depuis mai 2007.

“Au-delà de la politique, les fondamentaux macroéconomiques et ceux des entreprises sont meilleurs dans la zone euro qu‘aux Etats-Unis”, résume NN Investment Partners dans son dernier point sur sa stratégie d‘investissement, ajoutant que “les arguments en faveur d‘une surpondération des actions de la zone euro par rapport aux actions américaines continuent de se renforcer”.

De quoi favoriser encore les flux de capitaux vers les marchés actions européens, des flux qui ont d‘ores et déjà été positifs pour la sixième semaine consécutive selon Bank of America Merrill-Lynch.

A plus long terme, les marchés gardent toutefois en tête trois grands motifs de préoccupation: les doutes sur l‘économie chinoise, soulignés jeudi par la baisse des indices PMI des services et composite, l‘instabilité persistante du marché pétrolier et l‘évolution des discussions sur le Brexit.

Sur ce dernier point, le communiqué de politique monétaire de la Banque d‘Angleterre et son rapport trimestriel sur l‘inflation pourraient, jeudi, apporter de nouvelles indications sur l‘impact à moyen terme de la baisse de la livre sterling. (Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below