3 mai 2017 / 06:15 / dans 7 mois

LEAD 2-LafargeHolcim bat le consensus, sans pour autant rassurer

* CA et Ebitda meilleurs qu‘attendus au T1

* Objectifs confirmés

* L‘action baisse

* Le départ d‘Olsen reste préoccupant, disent des analystes (Actualisé avec précisions, commentaire et cours)

par John Revill

ZURICH, 3 mai (Reuters) - LafargeHolcim a bien débuté l‘année, son chiffre d‘affaires et ses profits dépassant les attentes au premier trimestre, mais ces bonnes performances ne suffisent pas à apaiser les inquiétudes des investisseurs sur la stratégie du cimentier franco-suisse, contraint de changer de directeur général.

Eric Olsen a en effet annoncé le mois dernier qu‘il quitterait ses fonctions en juillet, un départ qui vise à apaiser les tensions internes liées entre autres à une ancienne cimenterie du groupe en Syrie soupçonnée d‘avoir financé des groupes armés pour rester en activité.

Ce Franco-Américain a nié toute implication dans l‘affaire et assure ne pas avoir été informé des décisions de la filiale visée. Mercredi, il a reconnu qu‘il y avait eu “certaines tensions” au sein du groupe sans lien direct avec le dossier syrien et expliqué qu‘il en avait conclu que son départ était le meilleur moyen de servir les intérêts de toutes les parties concernées.

“Cela fera exactement deux ans après (mon) arrivée et je quitterai un groupe en grande forme avec des objectifs clairs”, a-t-il dit à la presse.

L‘action LafargeHolcim était toutefois orientée à la baisse, cédant 1,48% sur le marché suisse à 56,55 francs à 09h55 GMT tandis qu‘à Paris, elle abandonnait 1,35% à 52,43 euros .

Josep Pujal, analyste de Kepler Cheuvreux, estime que les résultats ne sont pas aussi brillants qu‘il semblent l‘être, l‘Ebitda ayant reculé de 11% sur un an. Il ajoute que les résultats font ressortir des sorties de liquidités de 836 millions de francs, contre des entrées de 618 millions au premier trimestre 2016, avant la prise en compte des effets de la fusion.

Mais il ajoute que le départ soudain d‘Olsen et la crainte de voir remise en cause la priorité donnée aux objectifs financiers sont le principal motif de préoccupation.

12 MOIS DÉLICATS APRÈS LE DÉPART D‘OLSEN, DIT UN ANALYSTE

Né en 2015 de la fusion du français Lafarge et du suisse Holcim, LafargeHolcim a déjà changé de président et de directeur financier au cours des 18 derniers mois et plusieurs membres de son comité exécutif ont été récemment nommés.

“LafargeHolcim risque désormais de perdre 12 mois à chercher un successeur qui devra apprendre à connaître l‘entreprise, construire une équipe et définir de nouveaux objectifs à moyen terme”, explique Phil Roseberg, analyste de Bernstein.

Sur les trois premiers mois de l‘année, LafargeHolcim a réalisé un bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciation et amortissement (Ebitda) opérationnel retraité en baisse de 4,7% à 801 millions de francs suisses (739 millions d‘euros), alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un résultat de 783 millions de francs.

Son chiffre d‘affaires a reculé de 7,1% à 5,63 milliards de francs, une baisse qui traduit en partie la cession de certaines activités, au Chili et au Vietnam par exemple, réalisée en 2016. Le CA dépasse néanmoins le consensus, qui le donnait à 5,52 milliards.

“Notre bonne performance du premier trimestre nous a permis de prendre un excellent départ pour 2017 et marque le quatrième trimestre consécutif de hausse de nos résultats”, a déclaré Eric Olsen, cité dans le communiqué de résultats.

Parmi les soutiens aux résultats, il cite la solidité continue des prix, l‘amélioration de la dynamique des volumes et les synergies.

Ces tendances permettent au groupe de réaffirmer sa confiance dans sa capacité à atteindre ses prévisions 2017 comme ses objectifs 2018.

Pour cette année, il vise une croissance à deux chiffres de l‘Ebitda à données comparables par rapport à 2016 et une progression de plus de 20% du bénéfice par action récurrent, ainsi qu‘un ratio dette/Ebitda d‘environ 2,0.

Il table notamment sur la contribution de marchés tels que les Etats-Unis, l‘Inde, le Nigeria et certains pays européens. Au total, la demande mondiale devrait progresser de 2% à 4%.

* Le communiqué: bit.ly/2p7b4wH (arc Angrand pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below