2 mai 2017 / 14:09 / dans 7 mois

Les politiques monétaires favorisent le risque de crise-Schäuble

BERLIN, 2 mai (Reuters) - Les politiques monétaires trop souples en vigueur dans certaines régions favorisent le risque d‘une nouvelle crise financière mondiale, a déclaré mardi Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, en appelant à un resserrement en bon ordre des stratégies des banques centrales concernées.

Les taux d‘intérêt historiquement bas de la Banque centrale européenne (BCE) et son programme d‘achats de titres sur les marchés ont contribué à soutenir le crédit, la consommation et la construction dans la zone euro, et notamment en Allemagne, ces dernières années mais certains responsables allemands craignent désormais la formation de bulles.

“Des politiques monétaires ultra-souples dans de nombreuses régions ne sont pas utiles”, a dit Wolfgang Schäuble lors d‘une conférence parrainée par le G20 à Berlin.

”Elles encouragent des prises de risques indues, la complaisance politique, de mauvais calculs en matière de capitaux et des bulles au niveau des entreprises, et cela continuera si le mouvement ne s‘inverse pas à temps“, a-t-il ajouté. ”En fait, cela pourrait même augmenter le risque d“‘une autre crise financière.”

Il a également dit que des politiques monétaires expansionnistes favorisaient des niveaux d‘endettement records et dissuadaient les gouvernements d‘entreprendre des réformes structurelles.

“Le monde ressent encore les effets de la dernière crise financière en date et l‘on ne peut exclure la possibilité de nouvelles turbulences”, a dit le ministre allemand, qui s‘est déjà prononcé à plusieurs reprises en faveur d‘un resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

“Il est donc crucial que nous augmentions la capacité de résistance de nos économies et que nous construisions des coussins permettant d‘absorber les chocs à venir.”

“La dette globale, publique et privée, a atteint des niveaux historiquement élevés. Nous devons progressivement réduire les niveaux d‘endettement et cesser de compter sur une croissance alimentée par une consommation accrue de financements.”

Moins d‘une semaine après la décision de la BCE de maintenir sa politique monétaire ultra-accommodante, Wolfgang Schäuble a également déclaré que “nous devons sortir de la politique monétaire actuelle de manière ordonnée et revenir à une trajectoire plus normale”.

“La Réserve fédérale a déjà entamé ce processus. Dans l‘UE, c‘est un peu différent”, a-t-il noté.

Joseph Nasr et Paul Carrel; Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below