19 avril 2017 / 06:31 / dans 7 mois

LEAD 4-PPG et Elliott contestent le projet alternatif d'Akzo Nobel

* Akzo Nobel a confirmé la scission de sa division chimie

* Les actionnaires recevront €1,6 md de dividendes exceptionnels

* PPG redit que son offre est plus intéressante

* Elliott juge incomplet le projet d‘Akzo (Actualisé avec réactions de PPG et d‘Elliot, lien BreakingViews)

par Toby Sterling

AMSTERDAM, 19 avril (Reuters) - Le groupe américain PPG Industries, soutenu par le fonds activiste Elliott Advisors, a contesté mercredi la stratégie de défense présentée par le géant néerlandais des peintures et des revêtements Akzo Nobel qui repousse depuis près de deux mois son offre de près de 25 milliards d‘euros.

Akzo Nobel a détaillé sa stratégie pour rester indépendant, reposant essentiellement sur la scission de sa division chimie.

Cette transaction, qui prendra la forme soit d‘une vente soit d‘une introduction en Bourse, aura lieu d‘ici les 12 mois à venir et elle donnera lieu à un versement de dividendes exceptionnels pour les actionnaires totalisant 1,6 milliard d‘euros.

Dès le rejet d‘une première proposition de PPG début mars, Akzo Nobel avait dit qu‘il pouvait “dégager de la valeur” pour ses actionnaires en se séparant de sa chimie, qui représente un tiers de son chiffre d‘affaires.,

Malgré les demandes pressantes de certains actionnaires, le groupe a à ce stade refusé d‘engager des discussions avec PPG, dont la deuxième offre, également rejetée, se monte à 24,6 milliards d‘euros.

Les investisseurs et les analystes se demandent en effet si le plan alternatif d‘Akzo Nobel peut soutenir la comparaison face à l‘offre de PPG, qui propose 90 euros par action.

Dans un communiqué, PPG juge sa proposition meilleure pour les actionnaires, les salariés et les autres parties prenantes.

Le groupe basé à Pittsburgh souligne que sa proposition comporte un “versement immédiat de cash qui dépasse largement le dividende exceptionnel proposé par Akzo Nobel”.

Le fonds activiste Elliott Advisors estime de son côté que le plan stratégique présenté par Akzo Nobel est “incomplet” en l‘absence d‘engagement vis-à-vis de PPG.

Tout en saluant la scission de la division chimie d‘Akzo Nobel, Elliott a exprimé sa “préoccupation” concernant le communiqué jugé “contestable” du président Antony Burgmans selon lequel le projet d‘Akzo offrirait plus de valeur aux actionnaires que celui d‘Elliott.

Le fonds estime qu‘Akzo n‘est pas en mesure de savoir quelle valeur pourrait être créée.

“Cela semble suggérer que le ‘bilan’ de la direction est positif, mais selon les propres calculs d‘Akzo Nobel, la société est en queue de peloton parmi ses pairs en terme de retour sur investissement pour les actionnaires”, déclare Elliott.

Lors d‘une réunion avec des investisseurs, Ton Büchner, directeur général d‘Akzo Nobel, a déclaré que l‘entreprise pouvait utiliser une partie du produit de la cession de sa division chimie pour financer des acquisitions, tout en disant que “l‘écrasante majorité” de la somme ainsi levée serait directement reversée aux actionnaires.

Au vu de son résultat opérationnel 2016 de 629 millions d‘euros, les analystes financiers ont valorisé la chimie d‘Akzo Nobel à quelque huit milliards d‘euros.

Vers 16h00 GMT, le titre Akzo Nobel est pratiquement inchangé après avoir gagné près 1,3% dans la matinée. Depuis le début de l‘année, la valeur est en hausse de 33,5% contre +5,1% pour l‘indice sectoriel sur la période.

EMPREINTE CARBONE NEUTRE D‘ICI 2050

“Cette stratégie créera de la valeur substantielle pour les actionnaires et comporte moins de risques et d‘incertitudes par rapport à des alternatives”, a estimé Ton Büchner, cité dans un communiqué.

Akzo Nobel, notamment propriétaire de la marque de peintures décoratives Dulux, juge que la dernière offre en date de PPG ne répond pas aux inquiétudes soulevées par sa première approche en termes de valorisation, de possible veto des autorités de la concurrence, d‘endettement et de destructions d‘emplois.

PPG a chiffré à 750 millions de dollars (699 millions d‘euros) les synergies qui pourraient résulter d‘un rapprochement avec Akzo. Le groupe néerlandais a pour sa part dit ce mercredi qu‘il réduirait ses coûts de 200 millions d‘euros cette année, dont 50 millions qui proviendront de la scission de sa branche chimie.

Akzo Nobel, qui emploie quelque 46.000 personnes, n‘a pas précisé si son programme de réduction des coûts impliquait des suppressions de postes. Avant la présentation de sa stratégie, le groupe a fait état d‘un bénéfice d‘exploitation au premier trimestre en hausse de 13% à 376 millions d‘euros, soit plus que prévu, contre 334 millions d‘euros un an plus tôt.

Les analystes avaient anticipé en moyenne un bénéfice d‘exploitation de 337 millions d‘euros, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Akzo Nobel a expliqué la hausse de son résultat opérationnel par à la fois une augmentation de 4% des volumes vendus et des mesures de réduction des coûts.

Pour l‘ensemble de l‘année, le groupe voit son bénéfice d‘exploitation augmenter de 100 millions d‘euros par rapport au total de 1,5 milliard d‘euros annoncé pour 2016.

Ton Büchner a fixé un nouvel objectif de marge opérationnelle de 15% d‘ici 2020 contre 12% aujourd‘hui.

Dans le cadre de sa stratégie, Akzo Nobel a insisté sur son objectif d‘avoir une empreinte carbone neutre d‘ici 2050, l‘entreprise ajoutant qu‘elle allait consacrer un milliard d‘euros à la recherche & développement d‘ici 2020.

Voir aussi:

BREAKINGVIEWS-Akzo’s go-it-alone plan has a rose-tinted hue (Catherine Mallebay-Vacqueur, Benoît Van Overstraeten et Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below