13 avril 2017 / 06:48 / il y a 7 mois

LEAD 2-Carrefour voit ses ventes ralentir en France comme à l'étranger

(Rpt sans changement dans le texte)

* Le chiffre d‘affaires a progressé de 1,4% au T1

* Recul de 1,6% des ventes dans les hypermarchés en France

* Objectif de chiffre d‘affaires pour 2017 confirmé

* Graphique sur la valorisation des grands distributeurs européens: bit.ly/2nCQ0j9

* Graphique de la performance boursière du secteur:

* bit.ly/2nmqRqt (Actualisé avec cours de Bourse, commentaires d'analystes et conférence téléphonique avec les analystes)

par Matthieu Protard

PARIS, 13 avril (Reuters) - Carrefour a connu un ralentissement de ses ventes au premier trimestre tant en France qu‘à l‘international mais sa performance ressort globalement en ligne avec les attentes du marché.

Le numéro deux mondial de la grande distribution, après l‘américain Wal-Mart a indiqué jeudi que son chiffre d‘affaires s‘est élevé à 21,29 milliards d‘euros sur les trois premiers mois de l‘année, en hausse de 6,2%.

Hors taux de change, essence et effets calendaires, la croissance de ses ventes est ressortie à 1,4%, après +2,9% au quatrième trimestre 2016.

En France, qui représente 47% du chiffre d‘affaires annuel, son chiffre d‘affaires a progressé de 0,5% en comparable à 9,4 milliards d‘euros, après +0,7% au trimestre précédent.

Il a poursuivi son recul dans les hypermarchés avec une baisse de 1,6% entre janvier et mars (après -1,2%), dans un environnement concurrentiel toujours très difficile.

A la Bourse de Paris, l‘action, qui avait ouvert en légère hausse, cède 0,42% à 21,17 euros à 11h15, au même moment l‘indice CAC 40 abandonne 0,57%.

“Carrefour a fait face à un T1 difficile”, relèvent dans une note les analystes de Bryan, Garnier & Co, en référence à la situation des hypermarchés en France.

“Même si cela était anticipé, cela reste le point saillant de la publication, ce qui est de nature à laisser les investisseurs quelque peu circonspects.”

D‘après le consensus Inquiry Financial réalisé pour Reuters, les analystes attendaient en moyenne un chiffre d‘affaires global de 21,22 milliards d‘euros pour le premier trimestre de l‘année dont 9,45 milliards en France.

DÉCEPTION SUR L‘ESPAGNE

Au Brésil, deuxième marché du groupe, Carrefour a en outre vu la croissance de ses ventes ralentir dans le contexte de crise que traverse le pays, avec une progression de 5,6% en comparable (après +9%), bénéficiant néanmoins d‘une faible exposition au segment non alimentaire, le plus touché par la récession.

Les analystes de Bernstein estiment qu‘il s‘agit de la plus faible croissance des revenus au Brésil depuis le premier trimestre 2014.

En Chine, où le distributeur bataille pour redresser la barre après une baisse régulière de ses ventes, ses revenus ont une nouvelle fois baissé de 5,5% au cours des trois premiers mois de l‘année après -5,4% au dernier trimestre de 2016.

Carrefour voit aussi la croissance de ses activités se tasser en Europe du sud, avec une progression de 0,3% (après +4,1%) en comparable en Espagne, troisième marché du groupe.

Les analystes de Bryan, Garnier & Co y voient d‘ailleurs une “source de déception”.

Interrogé sur le résultat opérationnel courant attendu en 2017 que les analystes anticipent autour de 2,5 milliards, Pierre-Jean Sivignon, directeur financier du groupe, a jugé qu‘il était encore trop tôt à ce stade de l‘année pour s‘exprimer.

“En général, on ne commente pas le consensus aussi tôt dans l‘année”, a ainsi déclaré Pierre-Jean Sivignon lors d‘une conférence téléphonique avec la presse.

Lors d‘une autre conférence avec les analystes, il a également observé que le contexte de la campagne pour l‘élection présidentielle en France ainsi qu‘une période de Pâques tardive ne permettaient pas au groupe de commenter cette anticipation du marché.

Carrefour a en revanche confirmé son objectif d‘une progression de son chiffre d‘affaires de 3% à 5% à changes constants pour l‘ensemble de l‘exercice 2017.

Le groupe a également redit que l‘introduction en Bourse de sa filiale brésilienne était prévue cette année mais n‘a pas souhaité donner de calendrier plus précis.

“Cette introduction en Bourse, c‘est un de nos projets pour 2017 (...) Nous n‘avons pas réellement donné de date” a indiqué le directeur financier de Carrefour.

Début mars, le magnat brésilien Abilio Diniz, le troisième actionnaire du groupe, avait indiqué que la mise sur le marché de cette filiale interviendrait à la mi-2017.

Le groupe n‘a pas fait de commentaire sur l‘état d‘avancée du processus de succession de son PDG Georges Plassat.

Le communiqué :

bit.ly/2nH0jnZ

Avec Pascale Denis et Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below