12 avril 2017 / 06:25 / il y a 7 mois

Trump redit sa volonté de déréguler la finance

WASHINGTON, 12 avril (Reuters) - La nouvelle administration américaine est en train de revoir la loi Dodd-Frank sur la régulation financière et entend la remplacer par “autre chose”, a déclaré mardi le président Donald Trump.

“Pour les banquiers dans la salle, ils vont être contents parce qu‘on fait vraiment une révision en profondeur et, peut-être, une élimination pour la remplacer par autre chose”, a-t-il dit en recevant des patrons des grands groupes.

“Ce sera le minimum. On procède à une élimination massive des horribles réglementations Dodd-Frank, en en gardant quelques unes bien sûr mais en se débarrassant de beaucoup d‘autres.”

La Maison blanche ne pourra unilatéralement supprimer les règles de la loi Dodd-Frank, dont la plupart sont appliquées par des agences fédérales indépendantes comme la Securities and Exchange Commission (SEC) - le gendarme de la Bourse - ou la Réserve fédérale. Le Congrès aurait en outre son mot à dire sur une modification en profondeur de la loi.

En février, Trump avait signé un décret confiant au secrétaire au Trésor Steve Mnuchin la mission de consulter les autorités de régulation et de rédiger un rapport proposant des changements réglementaires et législatifs susceptibles d‘encourager la croissance et de promouvoir les intérêts économiques américains.

Ce rapport, attendu en juin, servira probablement d‘ébauche pour la réforme à venir.

Mardi, le président de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants, Jeb Hensarling, a dit qu‘il présenterait avant la fin du mois une nouvelle mouture de son propre projet de révision de la loi Dodd-Frank.

Ce projet supprimerait notamment les pouvoirs de supervision du Bureau fédéral de protection financière des consommateurs, dont le directeur serait amovible à merci. Il prévoit aussi de revoir le fonctionnement des tests de résistance pour les banques et de faciliter les levées de fonds des entreprises.

Ont participé à la réunion de mardi à la Maison blanche Rich Lesser (Boston Consulting Group), Doug McMillon (Wal-Mart Stores), Indra Nooyi (PepsiCo), Ginni Rometty (IBM) et les anciens patrons de Boeing, Jim McNerney, et de General Electric, Jack Welch.

Tous font partie du conseil économique créé par Trump et dont la dernière réunion remontait à février.

Le chef de l‘Etat a par ailleurs réitéré ses critiques contre l‘Accord de libre-échange nord-américain (Alena, Nafta en anglais) qui lie les Etats-Unis au Mexique et au Canada.

“L‘Alena est une catastrophe. C‘est une catastrophe depuis le jour où ça a été imaginé. Et on va avoir de très bonnes surprises pour vous sur l‘Alena, je peux vous le dire”, a-t-il déclaré. (Jeff Mason et Sarah N. Lynch, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below