23 février 2017 / 14:24 / dans 7 mois

Berlin agirait en cas de tension sur les futures obligataires

LONDRES, 23 février (Reuters) - L‘Allemagne n‘est pas préoccupée par la forte demande suscitée par sa dette à court terme mais elle est prête à augmenter ses émissions en cas de tension sur le marché à terme, a déclaré jeudi une porte-parole de l‘agence de gestion de la dette.

Le programme d‘achats d‘obligations de la Banque centrale européenne (BCE) et l‘évolution à venir de la réglementation ont contribué à faire tomber les rendements des obligations d‘Etat à court terme allemandes à des plus bas historiques, une tendance exacerbée récemment par les inquiétudes que suscite l‘élection présidentielle française d‘avril-mai.

Alexandra Beust, porte-parole de l‘agence fédérale de gestion de la dette, a déclaré que l‘Allemagne n‘augmenterait pas ses émissions d‘obligations à court terme simplement pour répondre à une demande immédiate. Les émissions, a-t-elle dit, sont déterminées par les besoins de financement.

“Je dirais que le marché à terme des obligations d‘Etat allemande est très important pour nous, donc qu‘il est très important que ce marché soit assuré d‘un afflux suffisant d‘obligations”, a-t-elle ajouté mercredi soir à Francfort.

“S‘il y avait un danger de tension sur les contrats à terme, alors nous serions disposés à intervenir en fournissant plus de papier dans cette catégorie.”

Un contrat à terme permet à un investisseur d‘acheter ou de vendre un instrument financier à un prix prédéterminé mais à une date future. L‘importance du marché à terme des obligations allemandes, utilisé par les investisseurs pour des opérations de couverture, est l‘une des raisons pour lesquelles le pays est l‘émetteur de référence de la zone euro, disent des analystes.

Mais alors que l‘Allemagne émettra moins de dette cette année que l‘an dernier, certains analystes estiment que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait augmenter ses achats d‘obligations à court terme allemandes, pour lesquels elle a assoupli en décembre ses critères d‘éligibilité.

Les achats de la BCE ont déjà contribué à la pénurie de titres de bonne qualité éligibles aux opérations de prise en pension, ou “repo”, auxquelles banques et grandes entreprises ont recours pour lever des liquidités.

Alexandra Beust a déclaré que Berlin n‘observait pour l‘instant aucun signe de tension sur ce compartiment du marché à terme.

Le rendement du “schatz” à deux ans allemand est tombé mercredi à un plus bas de -0,92% et a reculé de 18 points de base depuis le début du mois, sa plus forte baisse mensuelle depuis quatre ans.

“Nous surveillerons son évolution mais nous ne sommes pas inquiets”, a dit Alexandra Beust. “La principale explication tient à la demande accrue liée au programme d‘achats de dette publique de la BCE.” (Dhara Ranasinghe, Marc Angrand pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below