21 février 2017 / 10:11 / il y a 8 mois

Toshiba poussé par ses banques à céder plus de 50% de ses puces

* Les banques prônent une cession majoritaire des mémoires-sources

* Toshiba pourrait céder sa filiale à plusieurs acquéreurs-source

* Il souhaite choisir un repreneur d‘ici fin mai-source

par Makiko Yamazaki et Taro Fuse

TOKYO, 21 février (Reuters) - Toshiba veut lever au moins 1.000 milliards de yens (8,3 milliards d‘euros) en cédant la majeure partie du capital de sa filiale de mémoires flash afin de parer à toute nouvelle difficulté financière, a-t-on appris mardi d‘une source en lien direct avec le dossier.

La décision du conglomérat japonais d‘abandonner son projet initial d‘une cession de 19,9% seulement de cette filiale résulte des pressions exercées par ses principales banques créancières, qui craignent de nouvelles et lourdes charges exceptionnelles, ont dit d‘autres sources financières.

Toshiba a déjà annoncé une charge de dépréciation de 5,9 milliards d‘euros sur ses actifs nucléaires aux Etats-Unis, sans pouvoir publier des résultats pour le troisième trimestre de son exercice fiscal.

Devant la menace d‘une exclusion de la Bourse de Tokyo si le groupe ne respecte pas l‘échéance du 27 mars pour publier ses comptes trimestriels audités, son directeur général, Satoshi Tsunakawa, a annoncé la semaine dernière qu‘il pourrait vendre l‘essentiel, voire la totalité, de son activité mémoires, numéro deux mondial des puces NAND derrière le sud-coréen Samsung Electronics.

Le japonais n‘a pas décidé de la taille de la participation qu‘il compte céder, préférant se concentrer sur le montant qu‘il pourrait en retirer, mais il aimerait conserver une participation d‘un tiers qui lui assurerait un certain contrôle sur sa filiale, a précisé la source ayant une connaissance directe du dossier.

La vente “est le meilleur et le seul moyen pour Toshiba de lever des montants importants et d‘apaiser les craintes concernant son risque de crédit”, a estimé la source, ajoutant que la cession devrait être finalisée au plus tard fin mars 2018, dernier mois de l‘exercice fiscal annuel du groupe.

La source, qui relève une marque d‘intérêt des fonds d‘investissement, des fabricants de puces et des sociétés clientes du groupe.

Toshiba veut choisir un ou plusieurs candidats au rachat d‘ici la fin du mois de mai et le premier tour d‘enchères aura lieu le mois prochain, a-t-on précisé de source proche du projet.

Une porte-parole de Toshiba a refusé de donner des précisions sur le processus de vente. Les sources ont requis l‘anonymat car elles n‘étaient pas autorisées à parler à la presse.

L‘ALLEMAND LANDIS+GYR, NOUVEAU RISQUE DE DÉPRÉCIATION ?

Parmi les autres risques financiers potentiels auxquels Toshiba pourrait être confronté figurent Landis+Gyr, un fabricant de compteurs allemand non coté que le japonais a acquis en 2011 et dont les résultats financiers n‘ont pas été conformes aux attentes.

“Toshiba pourrait déprécier (Landis) de plus de 100 milliards de yens sur l‘exercice en cours”, a déclaré un dirigeant de l‘une des principales banques créancières du groupe.

Sumitomo Mitsui Financial Group et Mizuho Financial Group font partie des principales banques créancières de Toshiba.

Interrogé sur une éventuelle dépréciation liée à Landis lors d‘une conférence de presse organisée la semaine dernière, le directeur financier de Toshiba, Masayoshi Hirata, a répondu que le groupe n‘avait prévu aucune charge de dépréciation.

Toshiba avait reçu des offres allant de 200 milliards à 400 milliards de yens, avait dit une source lors du processus initial de la cession de 19,9% du capital de sa filiale de mémoires.

Les groupes de semi-conducteurs SK Hynix et Micron Technology, le fabricant américain de disques durs Western Digital et les fonds d‘investissement tels que Bain Capital figuraient alors parmi les prétendants à l‘acquisition, ont ajouté les sources.

Selon deux sources, Western Digital, qui exploite avec Toshiba une usine de mémoires flash NAND au Japon, est toujours intéressé par une prise de participation dans le groupe japonais. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below