19 février 2017 / 18:40 / dans 7 mois

FRANCE 2017-Mélenchon prévoit E273 mds de dépenses dans son programme

PARIS, 19 février (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon, candidat de “La France insoumise” à l‘élection présidentielle, s‘est engagé dimanche à un plan d‘investissements de 100 milliards d‘euros sur cinq ans et à 173 milliards de dépenses publiques supplémentaires axées sur l‘emploi et la lutte contre la pauvreté.

Lors d‘une émission de plus de cinq heures diffusée sur Youtube et Facebook, exercice sans précédent dans une campagne présidentielle en France, l‘ancien ministre de Lionel Jospin a dit vouloir ramener le taux de chômage, de 10% aujourd‘hui, à 6% en 2022.

Le cadrage macroéconomique du programme “L‘Avenir en commun”, qui se fonde sur un taux de croissance annuel supérieur à 2% dès 2018, prévoit la création de 3,5 millions d‘emplois durant le prochain quinquennat, dont deux millions dans le secteur marchand, et une augmentation des salaires de six points en moyenne, avec une hausse du Smic net de 173 euros par mois.

Sur les 273 milliards d‘euros de dépenses programmées sur cinq ans, Jean-Luc Mélenchon débloquerait dès son élection un plan de relance de 100 milliards d‘euros financé par l‘emprunt.

Sur les 173 milliards d‘euros de dépenses nouvelles, 33 milliards seraient consacrés à la lutte contre la pauvreté, 32 milliards à la réforme des retraites (retraite à 60 ans à taux plein), 24 milliards à l‘éducation, la culture et la jeunesse, 22 miliards à la revalorisation des salaires, ou encore 17 milliards à la jeunesse.

Un plan de 18 milliards d‘euros est également prévu en vue de la construction d‘un million de logements publics en cinq ans, à raison de 200.000 par an.

En parallèle, Jean-Luc Mélenchon table sur 190 milliards d‘euros de recettes, avec notamment la suppression du CICE et le redéploiement du pacte de responsabilité (21 milliards), la lutte contre l‘évason fiscale (33 milliards) et la suppression de niches fiscales à hauteur de 38 milliards d‘euros. Le taux d‘inflation s‘élèverait à plus de 4% au terme du quinquennat.

Le taux de prélèvements obligatoires passerait de 45% du produit intérieur brut aujourd‘hui à 49,2% en 2022.

Le groupe d‘experts qui a travaillé avec le candidat estime que l‘effet vertueux de cette politique permettrait de réduire le déficit public à 3,3% du PIB en 2016 à 2,5% du PIB à la fin du quinquennat, avec un taux de 4,8% en 2018, au-delà de la règle européenne.

Selon les éléments de “L‘Avenir en commun”, la part de la dette publique passerait de 95,8% du PIB aujourd‘hui à 87% en 2022 avec un bond à 96,8% en 2018. (Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below