16 février 2017 / 09:46 / il y a 6 mois

RPT-Les conservateurs allemands divisés sur le FMI et la Grèce

(Répétition mot manquant §10)

BERLIN, 16 février (Reuters) - La participation du Fonds monétaire international (FMI) au plan d'aide à la Grèce n'est plus indispensable, a déclaré jeudi un député européen allemand proche de la chancelière Angela Merkel, rompant avec la position officielle de Berlin selon laquelle le plan sera remis en cause si le FMI ne s'y associe pas.

Le FMI n'a pas encore décidé s'il participait ou pas au troisième plan d'aide à la Grèce et il estime qu'Athènes n'atteindra pas l'objectif d'un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) de 3,5% du produit intérieur brut (PIB) à moyen terme en l'absence de nouvelles mesures d'austérité et d'un allègement supplémentaire du fardeau de la dette publique.

Des responsables de l'Union européenne ont jugé ces prévisions "pessimistes".

Le gouvernement allemand souhaite que le FMI s'associe au plan d'aide car il estime que le Fonds y apporterait une crédibilité bienvenue à quelques mois des élections fédérales allemandes. Mais Berlin exclut toute réduction de la dette grecque, estimant que la Grèce a surtout besoin de réformes supplémentaires pour améliorer sa compétitivité.

Pour Manfred Weber, chef de file des députés conservateurs au Parlement européen, interrogé par le quotidien Süddeutsche Zeitung, "si le FMI insiste sur une réduction de la dette, alors on devrait le laisser s'en aller". "L'Europe peut se tenir debout seule, désormais", a-t-il ajouté.

BLOCAGE

Le blocage des discussions entre les créanciers sur les objectifs à imposer au gouvernement grec a freiné l'avancement de l'évaluation de la mise en oeuvre du plan d'aide et ravivé les craintes d'une nouvelle crise financière touchant toute la zone euro.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré la semaine dernière que la Grèce devrait quitter la zone euro si elle ne parvenait pas à atteindre les objectifs prévus par le plan d'aide.

Hans Michelbach, un haut responsable du groupe CDU-CSU au Bundestag, a déclaré jeudi à Reuters que le troisième plan de soutien à Athènes, qui prévoit des aides financières en échange de nouvelles réformes, ne pouvait rester viable que si le FMI lui apportait son appui.

"Pour nous, c'est indispensable. C'est ce qu'a accepté le Bundestag", a-t-il dit.

Le chef de file des parlementaires conservateurs au Bundestag, Volker Kauder, a déclaré pour sa part au magazine Focus: "Nous insistons sur les engagements. Et le Fonds monétaire international doit rester impliqué. Sinon, nous ne pourrons approuver aucune aide supplémentaire."

Michelbach et Weber sont tous les deux membres de la CSU, le parti conservateur bavarois partenaire historique de la CDU d'Angela Merkel.

Mercredi, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, a déclaré que les discussions entre la Grèce et ses créanciers avaient progressé mais que toutes les parties devaient fournir des efforts supplémentaires pour permettre un accord définitif. (Gernot Heller et Michael Nienaber; Marc Angrand pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below