16 février 2017 / 09:21 / il y a 8 mois

LEAD 2-Hausse des capacités d'Air France-KLM, le titre flambe

* Capacités prévues en hausse de 3,0-3,5% en 2017 (+0,7% en 2016)

* Coûts réduits d‘au moins 1,5% en 2017 (-1% en 2016)

* Résultats annuels supérieurs aux attentes, l‘action flambe (Actualisé avec conférence de presse, cours)

par Cyril Altmeyer et Victoria Bryan

PARIS, 16 février (Reuters) - Air France-KLM flambe en Bourse jeudi après l‘annonce d‘une nette hausse de ses capacités en 2017 dans un marché mieux orienté en ce début d‘année, le groupe intensifiant en outre ses économies tout en restant très discipliné dans ses investissements.

Le franco-néerlandais s‘adjuge 9,73% à 6,024 euros à 15h25 à la Bourse de Paris, en tête de l‘indice SBF 120 (-0,37%).

“En dépit des incertitudes stratégiques (...), Air France-KLM a une valeur d‘actif en dessous de laquelle il n‘est plus juste d‘ajuster l‘objectif de cours”, estime un broker en notant que le secteur est bien orienté à la Bourse.

Parmi les grandes compagnies européennes, aucune n‘a toutefois retrouvé ses niveaux de valorisation de début 2016.

* Graphique de la performance boursière des grandes compagnies européennes : bit.ly/2lSwlZN

Air France-KLM compte augmenter ses capacités de 3,0% à 3,5% en 2017, contre +0,7% seulement en 2016, afin de repartir à l‘offensive sur le long-courrier et d‘améliorer ses performances sur le moyen-courrier.

Le numéro deux européen derrière Lufthansa en termes de chiffre d‘affaires prévoit en parallèle d‘intensifier ses économies, promettant de réduire ses coûts unitaires d‘au moins 1,5% cette année après une baisse de 1,0% en 2016 en ligne avec son propre objectif.

Air France-KLM a fait état dans un communiqué d‘un bond de 34,5% de son bénéfice d‘exploitation en 2016 à 1,049 milliard d‘euros supérieur au consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters (969 millions).

Mais cette performance masque une nette divergence entre KLM, dont la marge d‘exploitation a progressé de trois points à 6,9% l‘an passé, et Air France qui a vu la sienne se tasser de 0,2 point à 2,4% sur fond de désaffection de la destination France à la suite des attentats et de grèves des navigants.

Le directeur financier, Frédéric Gagey, ex-PDG d‘Air France, a estimé que l‘impact des attentats sur le groupe était probablement au moins équivalent à celui des grèves, évalué à 130 millions d‘euros, sans souhaiter pour autant fournir de chiffrage précis.

Jean-Marc Janaillac, PDG d‘Air France-KLM et président d‘Air France, a estimé que le différentiel de marges entre les deux compagnies soeurs n‘était “pas sain” à plus long terme.

Au total, la recette unitaire a reculé l‘an passé de 4,7% sur le long courrier et de 5,4% sur le moyen-courrier, tout en augmentant de 1,0% sur le court-courrier après la restructuration de ce pôle.

“On s‘est bien battus pour limiter au maximum l‘impact de la concurrence sur la baisse de la recette unitaire”, a indiqué à des journalistes Frédéric Gagey.

RÉSERVATIONS SATISFAISANTES SUR LE LONG-COURRIER

En janvier, la baisse globale de la recette unitaire a été ramenée à 0,7% et Frédéric Gagey s‘est dit satisfait des réservations sur le long-courrier, le segment offrant le plus de visibilité.

Cette année, Air France devrait augmenter ses capacités de 1,5% à 2,5%, contre +3% à +4% pour KLM et +10 à +15% pour la low cost Transavia, a-t-il précisé.

Après des années de discipline, Air France-KLM emboîte ainsi le pas à Lufthansa qui a annoncé début janvier prévoir une hausse de 4% de ses capacités en 2017.

Air France-KLM compte en outre limiter ses investissements dans une fourchette de 1,7 à 2,2 milliards d‘euros cette année, soit le même objectif qu‘il s‘était fixé pour 2016, afin de conserver un cash flow libre avant cessions positif (après 347 millions l‘an passé).

Jean-Marc Janaillac a précisé qu‘il ne prévoyait ni augmentation de capital, ni scission de son programme de fidélité Flying Blue du reste du groupe.

Reste l‘inconnue des délicates discussions d‘Air France avec ses navigants, après deux grèves l‘été dernier suivies de l‘implication directe du PDG de la maison-mère, Jean-Marc Janaillac, qui a pris la présidence de la compagnie française avec à ses côtés Franck Terner en tant que directeur général.

Air France a proposé jeudi dernier à ses pilotes un accord prévoyant notamment la création d‘une compagnie court et moyen-courrier aux coûts réduits, mais leurs principaux syndicats se sont montrés sceptiques.

La compagnie espère parallèlement boucler d‘ici la fin du mois des négociations avec ses hôtesses et stewards, dont Franck Terner a reconnu qu‘elles n‘étaient “pas faciles”.

Le communiqué :

bit.ly/2ksK2Sa (Edité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below