14 février 2017 / 11:20 / il y a 6 mois

GRAPHES-Les actions européennes sortent-elles de dix ans de sous-performance ?

* Ecart de performance Europe/USA record depuis 1976: bit.ly/2lKBsud

* Début de retournement après le rally Trump: bit.ly/2kFsIVX

* Dynamique des résultats et incertitude politique déterminants

* Les prévisions de BPA 2017 plutôt révisées en hausse: bit.ly/2ks1lOl

* Une dynamique de révision plus favorable en Europe: bit.ly/2lKjlVk

* Le retour de l'inflation en Europe pourrait ne pas aider: bit.ly/2lbc9oB

PARIS, 14 février (Reuters) - Les Bourses européennes surperforment enfin Wall Street depuis quelques semaines après presque dix ans d'une sous-performance ininterrompue qui a propulsé leur écart de valorisation en dollar et en rendement total par rapport au marché américain à un plus haut de plus de 40 ans.

La performance de l'indice MSCI US dividende réinvesti depuis la fin de la crise financière de 2008-2009 est plus du double de celle de l'indice MSCI Europe équivalent, lui aussi exprimé en dollar.

Graphique :

bit.ly/2lKBsud

Mais la tendance s'est inversée après la nouvelle poussée haussière à Wall Street déclenchée par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Le "Trump trade", qui s'est traduit par une hausse des actions, des taux longs et du dollar avec les anticipations d'une relance budgétaire massive par le nouveau président américain, a marqué le pas avant même la prise de fonction de celui-ci. Mais les actions européennes ont surperformé les américaines depuis la mi-décembre.

Graphique :

bit.ly/2kFsIVX

S'agit-il d'un retournement de tendance ? Pour les analystes de Merrill Lynch, il ne se confirmera que sous deux conditions : un renversement de la dynamique des croissances bénéficiaires en faveur de l'Europe et une dissipation des incertitudes politiques.

"La trajectoire de la performance de l'Europe par rapport à celle des Etat-Unis sera sans doute assez agitée jusqu'à ce que les incertitudes politiques se dissipent", préviennent-ils en référence au calendrier électoral européen et à la mise en oeuvre du Brexit.

L'indice d'incertitude politique pour l'Europe calculé par Economic Policy Uncertainty est ainsi nettement supérieur à son équivalent pour les Etats-Unis en dépit des interrogations sur les orientations de la nouvelle administration américaine.

Graphique :

bit.ly/2kFCtDB

L'évolution de la dynamique des résultats devrait en revanche être plus favorable à l'Europe, estiment les analystes de Merrill Lynch. Ils notent que les prévisions de hausse de bénéfice par action (BPA) des entreprises américaines sont orientées à la baisse à l'inverse de celles des entreprises européennes.

Graphique :

bit.ly/2lKjlVk

Ils rappellent que les entreprises américaines ont dégagé des profits supérieurs de plus de 75% à ceux des entreprises européennes depuis 2009 et que leurs marges sont à des plus hauts historiques. Ils soulignent qu'il sera difficile aux entreprises américaines d'améliorer encore leurs marges alors qu'elles sont confrontées à la montée des coûts, y compris salariaux.

Ils notent aussi que la dynamique des révisions des prévisions bénéficiaires est désormais plus favorable à l'Europe.

Graphique :

bit.ly/2krWLzH

Les entreprises européennes pourraient toutefois avoir elles aussi des difficultés à augmenter leurs marges dans un environnement de hausse des prix des intrants, notamment des matières premières et de l'énergie, qu'elles ont du mal à répercuter sur leurs clients finaux comme le montre l'évolution des composantes prix des inputs et prix sortie d'usine de l'indice composite PMI/Markit.

Graphique :

bit.ly/2lbc9oB

Bernard Aybran, directeur de la multigestion d'Invesco Asset Management, met aussi en garde contre le caractère optimiste des anticipations de hausse à deux chiffres des prévisions de BPA en Europe comme aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

"Si elle se réalisait, cette croissance à deux chiffres contrasterait fortement avec la croissance constatée d'un pourcent en 2016, voire les baisses de bénéfices constatées les années précédentes", rappelle-t-il.

Les prévisions de hausse des BPA ont été systématiquement revues à la baisse aux Etats-Unis comme en Europe au cours des derniers années.

Graphiques:

bit.ly/2ks1lOl

bit.ly/2ksduCL

"L'un des avantages de ces prévisions optimistes réside dans les niveaux de valorisation qui en découlent : les bénéfices pris en compte dans les ratios (de capitalisation des bénéfices, PER) étant bien souvent les bénéfices attendus, plus les attentes sont élevées, plus les valorisations semblent bon marché", poursuit-il.

Le ratio cours sur bénéfices des douze prochains mois s'établit aux alentours de 14 pour l'Europe, la zone euro ou le Japon tandis qu'avec un multiple proche de 18, les Etats-Unis apparaissent comme le marché le plus cher.

"Les niveaux toujours faibles des taux d'intérêt, à l'exception des Etats-Unis, favorisent toujours les actions d'un point de vue relatif mais une hausse significative des taux demanderait une révision de bon nombre de portefeuilles", prévient aussi Bernard Aybran.

Sources :

* Europe vs US : the earnings comeback. Europe/US Equity Strategy. Bank of America Merrill Lynch. 9 février 2017

* Les prévisions de croissance des bénéfices demeurent optimistes. Tendance et allocation. Invesco. Février 2017.

* More (very bad) inflation. Europe Economic Weekly. Bank of America Merrill Lynch. 27 janvier 2017. (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below