17 novembre 2016 / 17:27 / dans 10 mois

Dette-Le 1er actionnaire de Solocal détaille son contre-projet

PARIS, 17 novembre (Reuters) - Le premier actionnaire de Solocal demande l‘ajout de sept résolutions sur le projet de restructuration de la dette en vue de l‘assemblée générale du 15 décembre en dépit des avertissements de la direction et des créanciers de la société.

Benjamin Jayet, qui contrôle 7% du capital de Solocal, a annoncé jeudi avoir adressé une lettre à l‘éditeur de PagesJaunes demandant l‘ajout à l‘ordre du jour de l‘AG de ses propositions visant à amender le projet dans un sens plus favorable aux actionnaires.

L‘investisseur, qui espère fédérer d‘autres actionnaires opposés au plan, veut également élargir le conseil d‘administration pour y intégrer trois nouveaux administrateurs dont lui-même.

Benjamin Jayet balaye les mises en garde de la direction de Solocal et des créanciers qui ont exprimé leur opposition à toute renégociation du projet de restructuration et menacent d‘annuler la tenue de l‘assemblée générale et du vote des créanciers. et

“Je ne pense pas qu‘une société se gouverne dans la menace”, a déclaré à Reuters Benjamin Jayet.

“Je ne souhaite pas une guerre ni un retournement de table. Ce que je propose vise à redonner un peu de valeur aux actionnaires”, a-t-il ajouté, en disant se tenir à la disposition de la direction pour lui présenter ses propositions.

Une première proposition de restructuration avait été rejetée en assemblée générale le 19 octobre face à l‘opposition de plusieurs investisseurs dont l‘association de petits porteurs Regroupement PPLocal et Benjamin Jayet.

Un nouveau projet jugé plus favorable aux actionnaires et soutenu par les principaux créanciers ainsi que RegroupementPPLocal doit être soumis à nouveau au vote des investisseurs le 15 décembre.

Benjamin Jayet, qui dit ne pas avoir été associé aux discussions, estime cependant que le compte n‘y est toujours pas pour les investisseurs.

Il propose donc l‘attribution de 7 actions gratuites pour une détenue aux actionnaires contre trois pour deux dans la mouture actuelle du plan.

Il souhaite également que les créanciers qui deviendraient actionnaires après la restructuration soient soumis à une période de lock-up restreignant la revente de leurs titres pour une période de trois ans.

Il demande également l‘attribution de bons de souscription par action, jusque-là réservés aux créanciers, pour les actionnaires à raison de deux BSA par action au prix de 2 euros. (Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below