2 novembre 2016 / 20:32 / il y a 10 mois

LEAD 2-Wall St recule après la Fed sur fond d'incertitude électorale

* Le Dow a perdu 0,43%, le S&P-500 0,65%, le Nasdaq 0,93%

* Septième séance de baisse pour le S&P, qui revient sous 2.100

* La Fed n'a pas surpris en optant pour le statu quo

* Les doutes sur la présidentielle américaine pèsent

* La baisse continue du pétrole a aussi joué (Actualisé avec précisions sur les volumes, les changes et le marché obligataires, nouveau commentaire)

par Lewis Krauskopf

NEW YORK, 2 novembre (Reuters) - La Bourse de New York a fini dans le rouge mercredi, le regain d'incertitude sur le résultat de l'élection présidentielle américaine ayant occulté la décision sans surprise de la Réserve fédérale de laisser sa politique monétaire inchangée en renvoyant à décembre la question d'une hausse de taux.

L'indice Dow Jones a perdu 77,46 points, soit 0,43%, à 17.959,64. Le Standard & Poor's 500 a abandonné 13,78 points (-0,65%) à 2.097,94 et le Nasdaq Composite a reculé de 48,01 points (-0,93%) à 5.105,57.

Le S&P 500, qui a fini sous le seuil des 2.100 points pour la première fois depuis le 7 juillet, affiche désormais sept séances consécutives de baisse, du jamais vu depuis près de cinq ans.

La Fed, comme attendu, n'a pas modifié sa politique monétaire et elle constaté que la reprise économique et la remontée de l'inflation se poursuivaient, suggérant ainsi qu'elle pourrait relever ses taux en décembre.

Ce statu quo était largement anticipé, la banque centrale ne prenant généralement aucune initiative si près d'une échéance électorale, d'autant que le duel pour la Maison blanche entre Hillary Clinton et Donald Trump semble plus incertain qu'il y a quelques jours.

"Pour ce qui est de la réunion de la Fed elle a simplement renforcé un peu le scénario d'une hausse en décembre, donc il n'y a rien de très extraordinaire (...) Pour l'instant, le marché est davantage dépendant des élections et des indicateurs techniques", estime Alan Lancz, président d'Alan B. Lancz & Associates.

LES VALEURS SENSIBLES AUX TAUX PÉNALISÉES

"Une glissade supplémentaire au niveau actuel pourrait se traduire par une faiblesse accrue et des ventes techniques. On arrive dans une zone où le marché a besoin d'un certain soutien."

L'indice de volatilité du CBOE a encore gagné plus de 4% et le cours de l'or a atteint son plus haut niveau depuis un mois, deux signes de l'anxiété croissante des investisseurs face à l'incertitude électorale à six jours du scrutin.

Le secteur des services aux collectivités, les "utilities" , celui de l'immobilier et celui des télécommunications, les plus sensibles aux anticipations d'évolution des taux d'intérêt, ont abandonné respectivement 1,28%, 1,45% et 1,22%.

Le compartiment de l'énergie, en repli de 1,01%, a quant à lui souffert de la baisse continue des cours du pétrole après l'annonce d'une augmentation record des stocks de brut aux Etats-Unis. Au total, le prix du baril de Brent a diminué de plus de 11% sur les deux dernières semaines.

Parmi les sociétés qui ont publié leurs résultats depuis la clôture de mardi, le géant chinois du commerce électronique Alibaba a cédé 2,61% en dépit d'un chiffre d'affaires trimestriel supérieur au consensus tandis que Yahoo, son actionnaire à 15%, perdait 1,57%.

Le titre Alibaba continue de souffrir des inquiétudes suscitées par la croissance chinoise et de l'enquête ouverte par la Securities and Exchange Commission (SEC) sur ses pratiques comptables.

Egalement sanctionnés après leurs résultats, Estee Lauder a chuté de 5,45% après avoir raté le consensus et Allergan de 5,16 % après des trimestriels jugés décevants.

LE RISQUE POLITIQUE DOMINE

Dans l'actualité toujours animée des fusions-acquisitions, le fabricant de semi-conducteurs Brocade Communications s'est adjugé 9,61% après l''annonce de son rachat pour 5,5 milliards de dollars par Broadcom. Ce dernier a pris 2,23%.

Plus de huit milliards d'actions ont été échangées au total sur les différents marchés américains, contre 6,5 milliards en moyenne sur les 20 dernières séances.

Sur le marché des changes, le dollar a touché son plus bas niveau depuis trois semaines face à un panier de référence composé d'autres devises, victime des doutes sur l'issue de la présidentielle, qui ont occulté l'impact bénéfique du communiqué de la Fed.

En fin de journée, l'euro se traitait autour de 1,11 dollar .

Les Treasuries ont pour leur part bénéficié de leur statut de valeur refuge, le rendement américain à dix ans revenant à 1,80% en fin de séance.

"L'attention est presque exclusivement concentrée sur le risque politique et la réduction de l'exposition au risque en général", souligne Gennadiy Goldberg, responsable de stratégies de taux de TD Securities.

avec Tanya Agrawal; Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below