30 septembre 2016 / 04:04 / dans un an

RPT-Wall Street finit en baisse avec Apple et les bancaires

(Répétition sans changement de la dépêche diffusée jeudi soir)

* Le Dow a perdu 1,07%, le S&P-500 0,93%, le Nasdaq 0,93% aussi

* Apple (-1,55%) plombe les indices

* Nouvelles inquiétudes autour de Deutsche Bank

* La volatilité repart à la hausse

par Noel Randewich

NEW YORK, 29 septembre (Reuters) - Wall Street a fini en baisse jeudi après deux séances de hausse, alourdie par Apple et par le secteur bancaire alors qu‘ont surgi de nouvelles inquiétudes autour de la santé de Deutsche Bank.

L‘indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a cédé 195,79 points, soit 1,07%, à 18.143,45 et le Standard & Poor‘s-500, plus large, a abandonné 20,24 points ou 0,93% à 2.151,13.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a reculé de son côté de 49,39 points (0,93%) à 5.269,15.

L‘indice S&P du secteur financier a perdu 1,49% en réaction à une dépêche de Bloomberg signalant que des fonds spéculatifs utilisant les services de courtage de Deutsche Bank ont transféré une partie de leurs avoirs en dérivés à d‘autres établissements pour s‘assurer d‘en avoir la compensation.

L‘ADR (American Depositary Receipt) de la première banque allemande a chuté de 6,67% à 11,48 dollars, après un plus bas record à 11,19 (-9,1%), dans un volume également record avec plus de 43 millions de titres qui ont changé de mains.

Dans la foulée, Citigroup a cédé 2,29% et JP Morgan Chase 1,59%. Wells Fargo, par ailleurs empêtrée dans une affaire de vente forcée aux Etats-Unis, a lâché 2,07%.

“Les inquiétudes autour de Deutsche Bank jettent vraiment une ombre sur les marchés financiers”, dit Peter Kenny, stratège chez Global Markets Advisory Group à New York. “Cela renvoie à des peurs comme on en avait plus eues depuis la crise financière .”

L‘indice CBOE de la volatilité, qui mesure la nervosité des investisseurs à court terme, a bondi de 14%.

Le secteur de la santé, en repli de 1,84%, a subi sa deuxième séance consécutive de baisse sous le poids notamment de Merck (-2,20%) et Johnson & Johnson (-1,76%), deux des composantes du Dow Jones. L‘indice Nasdaq Biotech a de son côté perdu 2,99%, plombé par Mylan (-4,35%).

Les dix grands indices sectoriels S&P ont fini dans le rouge, le plus résilient étant celui de l‘énergie qui a limité son recul à 0,09% grâce à la hausse des cours du pétrole toujours soutenus par l‘annonce d‘une prochaine baisse de la production de l‘Opep.

Au sein du Dow Jones, seuls Caterpillar et Verizon ont fini en territoire positif.

Les investisseurs sont aussi restés dans l‘incertitude avant une prise de parole de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, lors d‘une conférence à Kansas City. Mais le texte de son discours rendu public au moment de la clôture de la Bourse ne mentionnait ni la politique monétaire ni les perspectives économiques des Etats-Unis.

NXP SEMICONDUCTORS EN VEDETTE

Parmi les valeurs individuelles, Apple, la première capitalisation boursière mondiale, a reculé de 1,55% à 112,18 dollars. Barclays a réduit d‘un dollar, à 114 dollars, son objectif de cours pour le fabricant de l‘iPhone.

En vedette, le fabricant de puces NXP Semiconductors a bondi de 16,88% après des informations du Wall Street Journal faisant état de négociations en vue de son rachat par Qualcomm pour une somme qui pourrait dépasser les 30 milliards de dollars. Qualcomm a pris pour sa part 6,30%.

Le groupe agroalimentaire ConAgra Foods, en hausse de 7,23% après des résultats trimestriels meilleurs qu‘attendu, a signé la meilleure performance du S&P devant Qualcomm.

Egalement recherché après des résultats supérieures aux attentes, le groupe de conseil Accenture a pris 4,28% à 121,64 dollars, après un record à 124,96. [nL8N1C53JM}

Dans les médias, Viacom a gagné 3,31% sur des spéculations de fusion avec CBS.

Quelque 7,7 millions de titres ont changé de mains sur les différents marchés américains, à comparer à une moyenne de 7,0 milliards sur les 20 dernières séances.

Les craintes autour de la santé financière de Deutsche Bank ont fait baisser les rendements des obligations du Trésor américain tandis que le dollar reculait à un plus bas d‘un mois face au franc suisse. Le billet vert a également réduit ses gains face au yen, autre monnaie refuge, mais l‘euro/dollar n‘a pas été affecté et est resté stable autour de 1,1220. (avec Yashaswini Swamynathan à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below