30 juin 2016 / 07:32 / dans un an

GRAPHES-Performance des actifs-Ombre portée du Brexit et de la Fed en juin

* La présentation en audio: bit.ly/296jmhK

* Graphique des performances sur un mois: bit.ly/2931ZRK

* Performance des classes d‘actifs sur 3 mois:

* here

* Performance depuis fin 2015: bit.ly/290toii

* Poussée de la volatilité: bit.ly/292QTbi

* Le rendement des matières premières à des plus bas historiques:

* bit.ly/292N31h

* La performance relative de Wall Street au plus haut:

* bit.ly/292NAAb

* La performance relative des actions UK au plus bas:

* bit.ly/29ffo73

PARIS, 30 juin (Reuters) - Le récent rebond des actifs risqués a limité l‘ampleur de leur recul depuis le début du mois de juin marqué par un retour de la volatilité sous le double effet du référendum britannique sur le Brexit et d‘un nouveau report par la Réserve fédérale américaine du durcissement de sa politique monétaire.

Graphique sur l'évolution de la volatilité sur les marchés actions et obligataires: bit.ly/292QTbi

Sur le mois écoulé, les marchés actions et le pétrole affichent des performances négatives.

Graphique sur la performance des actifs sur un mois en euro et en total return: bit.ly/2931ZRK

L‘incertitude liée au référendum sur le Brexit a particulièrement pénalisé les marchés actions européens avec toutefois une baisse des valeurs britanniques exprimée en euro comparable à celle des valeurs de la zone euro.

Les analystes de Bank of America Merrill Lynch relèvent à cet égard dans une note récente que la performance relative des actions britanniques par rapport à celles des marchés d‘actions des pays développés hors Royaume-Uni est à un plus bas de 40 ans.

Graphique sur la performance relative des actions britanniques par rapport aux actions de pays développés hors Royaume-Uni: bit.ly/29ffo73

L‘obligataire a en revanche continué d‘afficher des performances positives avec un nouveau recul des taux lié aux inquiétudes sur la croissance mondiale après le net infléchissement des créations d‘emploi en mai aux Etats-Unis et l‘incertitude liée au risque d‘une sortie du Royaume-Uni de l‘Union européenne.

Au sein de la zone euro, le programme d‘achats d‘actifs de la Banque centrale européenne, étendu depuis le 8 juin aux obligations d‘entreprise, a aussi continué de favoriser la baisse des taux longs.

Le regain d‘aversion au risque a bénéficié à l‘or dont la performance en euro sur le mois est proche de 10% et n‘est dépassée que par celle des matières premières agricoles.

Hors pétrole, pénalisé par des prises de bénéfice après un quasi doublement des cours entre son plus bas de l‘année à 27,10 dollars le baril le 20 janvier et son plus haut à 52,86 dollars le 9 juin, les matières premières ont poursuivi le rebond qu‘elles connaissent depuis le début de l‘année.

Elles bénéficient de l‘affaiblissement du dollar et d‘un retour des investisseurs sur une classe d‘actifs dont Bank of America Merrill Lynch a récemment souligné que les rendements annualisés sur 10 ans glissants sont proches de leurs plus bas historiques.

Graphique sur le rendement des matières premières depuis les années 20: bit.ly/292N31h

L‘affaiblissement du dollar, alimenté par la tonalité accommodante de la Réserve fédérale américaine, a repris en juin après les chiffres décevants des créations d‘emplois aux Etats-Unis en mai et le nouveau report de la hausse des taux directeurs.

Graphique sur l'évolution du taux de change du dollar contre un panier de devises des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis: bit.ly/292RycF

La devise américaine est restée relativement stable contre l‘euro en juin, les principaux mouvements enregistrés ayant affecté le yen et le sterling respectivement en hausse de près de 8% et en recul d‘un peu plus de 8%.

Graphique sur la performance des principales devises contre l'euro sur un mois: bit.ly/29aU2sZ

Ce mouvement en sens opposé des devises japonaise et britannique se retrouve encore amplifié si l‘on prend comme point de référence la fin 2015 avec une appréciation de près de 15% pour la première et une chute de plus de 11% pour la seconde.

Graphique sur la performance des principales devises contre l'euro depuis fin 2015: bit.ly/294D1yJ

La hiérarchie des performances des classes d‘actifs sur trois mois n‘est pas fondamentalement différente de celle constatée sur le mois écoulé, à l‘exception du pétrole qui figure en tête des progressions sur trois mois.

Graphique sur la performance des classes d'actifs en euro et total return sur trois mois: bit.ly/299oepA

Il en va de même si le point de référence retenu est la fin de l‘année 2015 avec une constante, à savoir une sous-performance, libellée en euro, des actions européennes par rapport aux actions américaines en dépit de l‘affaiblissement du dollar.

Graphique sur la performance des classes d'actifs en euro et en total return depuis fin 2015: bit.ly/290toii

Bank of America Merrill Lynch souligne à cet égard que la performance relative des actions américaines par rapport aux actions européennes n‘a jamais été aussi élevée depuis 60 ans.

Graphique sur la performance relative des actions américaines par rapport aux actions européennes:

bit.ly/292NAAb

Sources :

*Brexit & The war on inequality. The thundering world. Bank of America Merrill Lynch. 26 juin 2016 (Marc Joanny, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below