21 juin 2016 / 11:42 / il y a un an

France-Des communes en guerre contre les compteurs "intelligents"

* Craintes pour la vie privée et les onde-électromagnétiques

* Enedis et GrDF démentent tout problème

par Claude Canellas

BORDEAUX, 21 juin (Reuters) - Le mouvement de protestation contre les compteurs d'énergie "intelligents" prend de l'ampleur en France, où des communes prennent des arrêtés s'y opposant pour des raisons de protection de la vie privée et de crainte des ondes électro-magnétiques.

Les opérateurs des réseaux de distribution Enedis (ex-ErDF) pour les Linky et GrDF pour le Gazpar, deux outils permettant notamment aux clients de mieux maîtriser leur consommation, sont amenés à convaincre les élus des 191 communes qui y font barrage qu'ils font fausse route, d'autant que l'installation de ces compteurs répond à une obligation européenne.

Pour le compteur Linky, il s'agit de remplacer 35 millions de compteurs électriques classiques d'ici 2021, tandis que 11 millions de Gazpar doivent être installés d'ici 2022.

Un des porte-parole de la contestation est Stéphane Lhomme, qui dirige l'Observatoire du Nucléaire et est conseiller municipal de Saint-Macaire (Gironde), première commune à avoir voté des résolutions contre les compteurs.

Saint-Macaire a depuis pris des arrêtés municipaux à l'unanimité, toutes couleurs politiques confondues, et les communes récalcitrantes sont prêtes à saisir les tribunaux administratifs pour obtenir gain de cause.

"La question des ondes magnétiques est sensible. Il faut comprendre qu'à terme ce sont deux à trois compteurs communicants par logement et tout un tas d'appareils pour relayer les informations (...) qui vont être installés dans les rues de nos communes pour rediffuser ces informations", déclare Stéphane Lhomme à Reuters.

Patrick Dardoise, directeur projet compteur communicant gaz Gazpar dément tout danger, soulignant que l'on est sur des transmissions radio proches de la bande FM.

"Le compteur de gaz, deux fois par jour et de façon aléatoire, envoie son évolution d'index depuis la veille. L'émission dure à chaque fois moins d'une seconde. On est sur une puissance 20 fois inférieure à celle d'un téléphone portable", dit-il à Reuters.

DES BIG BROTHERS DANS LES LOGEMENTS ?

Gladys Larose, chargée des relations externes du programme Linky chez ErDF, précise que les compteurs électriques traditionnels eux-mêmes émettent "un champ électromagnétique".

Du reste, ajoute-t-elle, chaque appareil électro-ménager envoie un champ électrique : 80 volts par mètre pour un fer à repasser et 0,1 volt par mètre pour le compteur intelligent au moment où il communique.

Les opposants font également valoir le risque de violation de la vie privée par le biais de captation d'informations sur la vie privée à des fins commerciales ou policières.

"On veut nous mettre des big brothers dans nos logements en nous jurant qu'ils ne servent pas. Personne ne peut y croire", estime Stéphane Lhomme.

Faux, dit Patrick Dardoise : "Le message envoyé contient le numéro du compteur, l'évolution de consommation depuis la veille, et des informations techniques. En aucun cas le profil de consommation toutes les dix minutes. Et tout est crypté."

Des arguments qui restent contestés.

La Ligue des droits de l'Homme (LDH) s'est elle-même prononcée pour un moratoire sur le compteur Linky le temps que des expertises soient effectuées sous le contrôle de la Commission nationale informatique et liberté (Cnil) pour s'assurer qu'aucune information personnelle ne puisse être transmise à l'extérieur.

La Cnil s'est dite vigilante sur la "collecte de la courbe de charge" qui pourrait permettre de "déduire de nombreuses informations relatives à la vie privée des abonnés (heures de lever et de coucher, périodes d'absence, éventuellement nombre de personnes présentes dans le logement)."

Enedis et GrDF ont du pain sur la planche pour convaincre, tant les réunions d'informations et les regroupements de protestations se multiplient au fur et à mesure que le déploiement avance. Des villes de plus en plus importantes ont réagi négativement. La commune de Melun (Seine-et-Marne) et ses 40.000 habitants est la plus significative. (Edité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below