28 mai 2016 / 11:32 / il y a un an

LEAD 2-France-Vigilance maintenue sur le front des carburants-Vidalies

* La situation s‘améliore mais la crise n‘est pas finie-Vidalies

* Quatre raffineries à l‘arrêt, deux en débit ralenti (Avec déclaration du président de l‘Ufip)

PARIS, 28 mai (Reuters) - Le gouvernement a réaffirmé samedi sa détermination à garantir l‘approvisionnement des entreprises et des particuliers en carburants, perturbé ces derniers temps par le mouvement contre la réforme du marché du travail.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a réuni en fin de matinée les ministres et services concernés, les acteurs du secteur pétrolier (raffineurs, distributeurs, stockeurs) et ceux des transports (fédérations professionnelles, ports).

L‘objectif était de faire le point sur la situation de l‘approvisionnement en carburants et sur les actions entreprises ou planifiées pour le garantir.

“La situation ce matin, c‘est une situation qui s‘améliore, une situation dans laquelle, dans certaines régions, nous sommes presque revenus à la normale”, a déclaré le secrétaire d‘Etat aux Transports, Alain Vidalies, à l‘issue de la réunion.

Il a notamment imputé cette amélioration à une “très grande mobilisation de la chaîne logistique”.

“Dans d‘autres régions, nous restons très attentifs mais on ne peut pas parler d‘une crise qui est terminée”, a-t-il ajouté.

Le gouvernement entend donc faire le nécessaire pour garantir aux entreprises l‘accès aux stocks de carburants dans les heures et les jours à venir, a-t-il poursuivi.

“Et donc les interventions de déblocage continueront si ça s‘avère nécessaire (...) et je pense que cet effort devrait nous permettre d‘améliorer encore la situation dans les jours qui arrivent”, a encore dit le secrétaire d‘Etat aux Transports.

Il a également précisé qu‘il y avait de nouveau des dérogations pour permettre aux transports routiers de marchandises de circuler ce week-end.

“Je pense que cet effort devrait nous permettre d‘améliorer encore la situation dans les jours qui arrivent”, a-t-il conclu.

De son côté, le président de l‘Union française des industries du pétrole (Ufip), Francis Duseux, a déclaré que des consignes avaient été données aux grandes marques et aux grands groupes pétroliers de ne pas profiter de la situation.

“On peut observer ça et là certains indépendants indélicats mais la consigne est de rester raisonnable sur les prix”, a-t-il dit à des journalistes à la sortie de la réunion.

QUATRE RAFFINERIES À L‘ARRÊT

“Sur ces deux derniers jours, on a considérablement amélioré la situation” même si “la situation reste assez tendue dans certains secteurs”, a-t-il ajouté. “On va travailler très fort ce week-end, donc je pense pouvoir vous dire que lundi ça ira beaucoup mieux.”

Dans une interview publiée samedi par Le Parisien, Manuel Valls souligne que sa responsabilité de chef du gouvernement est “de faire en sorte que les Français puissent s‘approvisionner en essence, que les entreprises ne soient pas pénalisées par des blocages” qu‘il juge inacceptables.

Vendredi, le secrétariat d‘Etat aux Transports assurait que tous les dépôts de carburant sauf un, celui de Gargenville (Yvelines) étaient libres d‘accès mais que 20% des stations services étaient encore en difficultés ou en rupture de stocks.

Deux raffineries du complexe pétrochimique de Fos-Lavéra, dans les Bouches-du-Rhône (Total à la Mède et Pétroinéos à Lavéra) tournent au ralenti, la CGT bloquant les expéditions de produits raffinés.

Selon le syndicat, cette situation devrait perdurer “au moins toute la semaine prochaine”.

Dans son dernier point de situation, vendredi en fin d‘après-midi, Total faisait état de quatre autres de ses raffineries à l‘arrêt : Normandie (Seine-Maritime), Grandpuits (Seine-et-Marne), Donges (Loire-Atlantique) et Feyzin (Rhône).

En grève depuis lundi, les salariés de la société Fluxel, qui opèrent les deux ports pétroliers de Fos et de Lavéra, ont pour leur part reconduit le mouvement jusqu‘à mardi inclus. Une trentaine de navires sont bloqués en rade.

Les deux ports pétroliers de Fos-Lavéra desservent directement les raffineries du complexe pétrochimique de l‘étang de Berre (Petroinéos, Total et Esso, à Fos), ainsi, par oléoduc, que celles de Feyzin, de Cressier, en Suisse, et de Karlsruhe, en Allemagne. (Emmanuel Jarry)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below