16 février 2016 / 08:34 / il y a 2 ans

Renault dévoile une version quasi définitive de l'Alpine

* Un concept car symboliquement présenté à Monaco

* La berlinette ultra-légère à moteur arrière sera lancée en 2017

* Reprendre l'ADN de la célèbre A110 sans tomber dans le néo-rétro

par Gilles Guillaume

MONACO, 16 février (Reuters) - Renault dévoile ce mardi à Monaco, haut lieu d'élégance sportive, un concept car qui préfigure la voiture avec laquelle il entend ressusciter la légendaire marque Alpine.

L'engin, version quasi définitive de l'automobile qui sera présentée à la fin de l'année pour une commercialisation sans doute courant 2017, reprendra plusieurs fondamentaux de la célèbre berlinette A110 des années 1960-1970.

Comme sa devancière, championne du monde des rallyes en 1973 et encore dans les mémoires avec ses gros antibrouillards ronds, elle sera extrêmement légère pour optimiser le rapport poids-puissance et rester sportive sans devoir pour autant embarquer un bloc moteur de 'muscle car' américaine.

Elle reprendra aussi l'architecture à moteur arrière et à propulsion, gage d'une plus grande 'sportivité'.

La marque Alpine a été arrêtée en 1995 mais sa notoriété dépasse toujours les frontières françaises. Le véhicule devrait être commercialisé d'abord en Europe mais être aussi proposé au Japon, en Chine, en Amérique latine et dans les pays du Golfe.

Le volume de production dans l'usine historique de Dieppe (Seine-Maritime) est estimé à 3.000 unités par an, avec un pic autour de 5.000 au moment du lancement.

Les artisans de la relance d'Alpine, née en 1955, doivent jongler entre la nostalgie qui entoure la marque et les exigences de modernité d'une nouvelle clientèle située surtout hors d'Europe.

Loin du néo-rétro, Renault jouera la carte de l'élégance et du luxe à la française avec un style moins italien que l'Alfa 4c et une plus grande agilité à faible vitesse que la Porsche Cayman, deux grandes références face auxquelles il tentera de se distinguer. Le tarif de l'Alfa et de la Porsche débute à 50.000 euros, celui du roadster Lotus Elise autour de 35.000 euros.

Relancé par Carlos Tavares avant qu'il quitte Renault pour prendre la tête de PSA Peugeot Citroën, le projet Alpine a été porté pendant deux ans au sein d'une coentreprise avec Caterham. Renault a racheté en juin dernier la participation de son partenaire britannique et est monté à 100% dans le projet.

Alpine cultivera sa différence avec Renault, dont il n'arborera plus le losange sur le capot comme par le passé mais seulement un "A fléché".

L'objectif est de séduire une clientèle européenne mais aussi de surfer sur l'image plus sportive que le constructeur français veut désormais projeter dans les marchés émergents, Chine en tête, avec conjointement la production du 4X4 urbain Kadjar dans sa première usine chinoise et un retour à part entière en Formule 1.

Dans cette optique, Renault a annoncé lundi que Michael van der Sande, actuellement directeur du marketing du groupe, serait à compter du 1er mars directeur général d'Alpine, rattaché hiérarchiquement à Thierry Koskas, directeur commercial du groupe.

Bernard Ollivier, qui a conduit le projet Alpine jusqu'à présent, deviendra directeur général adjoint d'Alpine et rejoindra avec l'ensemble de son équipe actuelle la direction commerciale du groupe. (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below