7 janvier 2016 / 15:31 / il y a 2 ans

GRAPHES-Baltic Index au plus bas, instabilité des changes au plus haut

7 janvier (Reuters) - Le Baltic Dry Index, qui suit l'évolution des tarifs du transport maritime pour les produits de base en vrac et constitue un indicateur du dynamisme du commerce mondial, n'en finit pas de tester de nouveaux plus bas.

Sa chute quasi ininterrompue depuis ses plus hauts de 2008 reflète une "déglobalisation" croissante de l'économie mondiale qui alimente la divergence des politiques monétaires, de fortes variations des taux de change et une décorrélation des performances des marchés financiers.

Le Baltic Dry Index a reculé jeudi de 22 points, soit -4,71%, à un nouveau plus bas historique de 445 points, et recule de plus de 7% depuis le début de la semaine après un plongeon de près de 40% en 2015 qui faisait suite à une chute de près de 66% l'année précédente.

Graphique de l'évolution du Baltic Dry Index depuis 2000:

bit.ly/1SCgCKf

L'indice a connu une phase haussière du début des années 2000 jusqu'à la crise financière de 2008 en parallèle à l'intégration de la Chine et des autres économies émergentes dans l'économie mondiale et le mouvement de délocalisations qui l'a accompagnée.

Depuis le début de la décennie 2010, ce mouvement s'inverse et la "démondialisation" s'autoentretient en raison de ses effets sur les taux de change, estime Patrick Artus, économiste de Natixis.

Plusieurs facteurs contribuent à ce nouveau processus, selon lui. Le poids de l'industrie dans l'économie mondiale recule, le poids des services s'accroissant avec le vieillissement de la population, la hausse des revenus et la relative saturation des besoins en produits industriels.

Par ailleurs, la hausse des coûts de production dans les pays émergents décourage les délocalisations.

Le commerce mondial portant essentiellement sur des biens, il croît désormais moins vite que le PIB mondial et ne contribue plus à corréler les cycles économiques des différentes régions, souligne Patrick Artus.

Graphique de l'évolution comparée de la croissance mondiale et du commerce mondial en volume:

bit.ly/1OCeOip

Cette décorrélation des cycles économiques se traduit par une divergence des politiques monétaires, qui conduit à de fortes variations des taux de change.

Graphique de l'évolution des taux de change effectifs réels des principales devises depuis 2008:

bit.ly/1kP2b7G

"Si les taux de change bougent de manière importante, il devient de plus en plus difficile de délocaliser les productions, en raison de l'importance du risque de change qui entraîne une incitation à produire auprès du consommateur final et une décorrélation encore plus forte des cycles économiques des régions", relève Patrick Artus.

Pour lui, il va falloir s'habituer à cette divergence des cycles et des politiques monétaires, qui se traduira par une décorrélation des évolutions des marchés financiers des différentes régions.

Source :

* La dynamique autoentretenue de la "déglobalisation". Flash Economie. Natixis. 5 janvier 2015.

Sur le même thème :

China's shipping bankruptcies likely to surge as dry-bulk rates plunge-report (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below