27 octobre 2015 / 10:14 / il y a 2 ans

LEAD 1-La croissance britannique ralentit plus que prévu au T3

(Actualisé avec des précisions, BoE)

LONDRES, 27 octobre (Reuters) - La croissance britannique a ralenti plus que prévu au troisième trimestre, sous le coup notamment du secteur de la construction qui a subi sa plus forte contraction depuis trois ans.

Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,5% en juillet-octobre, après une hausse de 0,7% sur les trois mois précédents, selon la première estimation publiée mardi par l'Office national de la statistique (ONS). Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,6%.

Sur un an, l'augmentation du PIB ressort à 2,3%, sa plus faible progression depuis deux ans, alors que les économistes tablaient sur +2,4%.

L'estimation préliminaire de l'ONS est calculée à partir de données encore partielles et fera l'objet de révisions ultérieures.

La production des services, de loin les premiers contributeurs à la croissance, a continué de progresser fortement avec une hausse de 0,7% au troisième trimestre qui est la plus forte depuis le dernier trimestre 2014.

Mais la production manufacturière a reculé de 0,3%, son troisième trimestre consécutif de contraction, et celle de la construction a chuté de 2,2%, affectée notamment par les fortes précipitations au Royaume-Uni en août.

La production industrielle dans son ensemble a progressé toutefois de 0,3%, grâce à une hausse de la production pétrolière en mer du Nord et à de moindres fermetures d'installations pour des opérations de maintenance, mais cette augmentation est modeste au regard de celle de 0,7% enregistrée au deuxième trimestre.

L'économie britannique a enregistré la plus forte croissance des pays du G7 en 2013 et 2014, sous l'effet d'un rattrapage après la crise financière, mais le Fonds monétaire international s'attend à ce qu'elle ralentisse à 2,5% cette année, un niveau plus proche de sa moyenne historique.

Les chiffres préliminaires du troisième trimestre devraient faire réfléchir la Banque d'Angleterre (BoE), qui prévoyait elle aussi une croissance de 0,6%. Selon une enquête Reuters publiée lundi, les économistes s'attendent désormais à ce que la BoE attende le deuxième trimestre 2016 pour commencer à relever ses taux d'intérêt.

Tableau de la statistique

David Milliken et Ana Nicolaci da Costa, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below