12 octobre 2015 / 16:53 / dans 2 ans

LEAD 1-Eli Lilly-Arrêt d'un médicament en phase III, chute de l'action

(Actualisé avec des précisions)

par Ransdell Pierson

12 octobre (Reuters) - Eli Lilly a annoncé lundi l‘arrêt des essais cliniques d‘un traitement du cholestérol très attendu faute d‘avoir établi son efficacité, provoquant une forte baisse de son action à Wall Street.

Le titre du groupe pharmaceutique cédait 7,6% à 79,56 dollars en début d‘après-midi après avoir perdu jusqu‘à 10%. Elle a entraîné un temps de celle de Merck & Co, qui a perdu jusqu‘à 2,5% en matinée mais n‘abandonnait plus que 0,3% au même moment.

Merck reste le seul grand laboratoire pharmaceutique à poursuivre assidûment le développement d‘une nouvelle classe de médicaments appelés inhibiteurs de la CETP, censés augmenter le taux de “bon” cholestérol HDL au détriment du “mauvais” cholestérol LDL.

Eli Lilly a précisé avoir arrêté les essais sur la molécule evacetrapib sur la recommandation d‘un organisme indépendant de suivi des données. Le laboratoire ne pense pas qu‘il y aura de ce fait un débouché commercial pour ce traitement, même s‘il fera encore l‘objet d‘études mais de moindre ampleur.

Le groupe n‘a plus d‘autre traitement en Phase III dans le domaine des troubles cardio-vasculaires, l‘un de ses sept domaines de recherche.

Il inscrira une charge de cinq cents par action, soit 90 millions de dollars au total, dans ses comptes du quatrième trimestre, laquelle sera incorporée dans ses nouvelles prévisions de 2015.

Les traitements actuels du cholestérol tels que les statines, à l‘exemple du Lipitor de Pfizer, empêchent les artères de se boucher en réduisant le taux de cholestérol LDL mais n‘ont que peu d‘effet sur le HDL.

L‘inhibiteur de la CETP de Pfizer, appelé torcetrapib, a été abandonné en 2006 en raison de liens supposés avec des décès, et celui de Roche, dénommé dalcetrapib, a subi le même sort en 2012 pour manque notable d‘effets.

Merck, pour sa part, est en phase III d‘essai sur son anacetrapib et espère conclure ce stade en 2017. A mi-parcours des essais cliniques, sa molécule augmentait le taux de HDL de 138% et réduisait le taux de LDL de 40%. Mais il reste à établir que le produit peut réduire aussi les crises cardiaques ainsi que le nombre de décès, des défis que ses concurrents n‘ont pu relever.

Les analystes disent que le traitement de Merck, désormais seul inhibiteur de la CETP en piste, est susceptible de concurrencer deux anti-cholestérol récemment homologués et appelés inhibiteurs de PCSK9, capables de réduire le taux de LDL de 60% en sus des résultats donnés par les statines.

Ces deux médicaments sont le Praluent de Regeneron et Sanofi et le Repatha d‘Amgen, deux “blockbusters” en puissance, selon les experts. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below